La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Pierre Hild

Articles

Straram, de l'autre rive Si Guy Debord lui rend un hommage dans ses Mémoires, Patrick Straram (1934-1988) est longtemps resté un oublié des temps fondateurs du situationnisme. Ces derniers mois Jean-Marie Apostolidès et Boris Donné avaient exhumé deux de ses textes. Les Bouteilles se couchent (Allia), recomposait sur un tempo jazzy, les chorus clandestins de la bande de chez Moineau, au temps du lettrisme. La Veuve blanche et noire un peu détournée (Sens & Tonka), détournait un roman de Gómez de la Serna pour relater une passion amoureuse autobiographique. En 54, Straram a rompu avec l’Internationale lettriste...
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79

53 cm

de Bessora

53 cm

53 cm est, outre la mesure du tour de postérieur de l’héroïne, le premier roman d’une trentenaire belge d’origine suisse et gabonaise. Soit, les tribulations, pour une part vécues, d’une jeune mère immigrée en France, figure décalée d’huron moderne. Ses aventures dressent un tableau acide bien qu’enjoué de l’accueil inhospitalier que peut réserver une grande ville française -fût-elle de...
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29

Les Constellations d’hiver

de Kenneth Rexroth

Apaisante intranquilllité

Tendresse et chaos : Kenneth Rexroth, grand animateur du San Francisco légendaire, nous revient pour un apprentissage vagabond de l’éveil. Il est des compagnies qui même lacunaires, émiettées dans le temps, comme volées à celui-ci, lui résistent jusqu’à creuser le sillon d’une entente bien intime : au détour d’une page, un compagnon. Désormais, Kenneth Rexroth (1905-1982) est de ceux-là -ceux qui résistent, aussi. Le travail que nous devons à l’inlassable et discret Joël Cornuault, nous permet aujourd’hui de mieux le...
octobre 1999
Le Matricule des Anges n°28

Les Pentes fabuleuses

de Dominique Poncet

Evasions sauvages

Entre Dhôtel et Cassius Clay : Dominique Poncet offre une échappatoire au climat confiné de la rentrée. Nature sauvage et punch littéraire. Si Dominique Poncet livre en un « roman furtif » une des plus vivifiantes entreprises littéraires de cette rentrée, loin des voies royales, en un chemin de bien libre écolier, c’est qu’il passe dans la langue qu’il s’est forgée une charge qui n’est pas sans évoquer cette « chaleur épaisse » du vin que l’on boit dans ses récits rugueux. Ici, la plume n’est pas mouillée dans un pseudo-acide de...
octobre 1999
Le Matricule des Anges n°28

La Rencontre

de Franck Derex

Entrée en dissidence

Franck Derex livre, entre fausses pistes historiques et déviances contemporaines, un roman d’une étoffe peu commune, à la rencontre des impossibles. S’il est des livres que l’on peut craindre de résumer, si transparente est leur langue et simples les fils de leur récit, il n’en va pas ainsi de La Rencontre. Ce premier roman foisonnant, tout en ruptures et digressions, fuit de toutes parts en de multiples fables pour livrer avec vivacité la fresque fantasmatique d’un réel éprouvé, le nôtre. Soit, pour arrière-plan, un épisode de...
octobre 1999
Le Matricule des Anges n°28

Courrier du lecteur – chronique

Pistes et plateaux Maxime Schmitt a plusieurs vies. Il fut guitariste de Vince Taylor, producteur des débuts de Taxi Girl, ami et occasionnellement parolier de Kraftwerk. On le sait depuis leur « Tour de France » du début des années 80, les Kaftwerk aiment le vélo, le pratiquent, pensent que c’est le meilleur exemple d’entente entre l’homme et la machine. On ne le savait pas, Maxime Schmitt voue une passion à la petite reine depuis les années 60 : Vélo volé en est la traduction littéraire. Maxime Schmitt est l’auteur de deux livres publiés au Castor astral, Face B et Cinéma perdu. Après la musique, le...
juillet 2006
Le Matricule des Anges n°75