La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Straram, de l’autre rive

janvier 2007 | Le Matricule des Anges n°79 | par Pierre Hild

Lettre à Guy Debord (1960)

Si Guy Debord lui rend un hommage dans ses Mémoires, Patrick Straram (1934-1988) est longtemps resté un oublié des temps fondateurs du situationnisme. Ces derniers mois Jean-Marie Apostolidès et Boris Donné avaient exhumé deux de ses textes. Les Bouteilles se couchent (Allia), recomposait sur un tempo jazzy, les chorus clandestins de la bande de chez Moineau, au temps du lettrisme. La Veuve blanche et noire un peu détournée (Sens & Tonka), détournait un roman de Gómez de la Serna pour relater une passion amoureuse autobiographique.
En 54, Straram a rompu avec l’Internationale lettriste et quitté la France pour fuir les obligations militaires. Il vit au Québec depuis 58, date à laquelle Debord lui propose par lettre de se réconcilier. Straram évoque ici son existence misérable sa « fatigue esquintante due à la sous-alimentation », ce « sentiment de solitude inévitable » qu’il éprouve au cœur de cette société qu’il découvre et décrit à son correspondant. Il commente aussi les documents et déclarations que lui envoie Debord. Il acquiesce à certains : « Il faut définir de nouveaux désirs, en rapport avec les possibilités d’aujourd’hui. » Marque aussi ses divergences : « Je ne crois pas nécessaire l’élimination des moyens d’expression connus, si je reconnais nécessaire l’invention perpétuelle d’autres moyens », ou encore, évoquant le danger qui guette le situationnisme, « l’objectif révolutionnaire réel implique la réhabilitation de la vie quotidienne et son progrès, pas son « remplacement » ». On l’entend ici, Straram est alors marqué par la lecture d’Henri Lefebvre, qu’il évoque comme une des œuvres qui « contribuent à donner un sens à (sa) vie », aux côtés d’Alain Resnais ou de Thelonious Monk. Un document à lire en complément des deux romans précédemment réédités.

Lettre à Guy Debord (1960) de Patrick Straram
Sens & Tonka, 88 pages, 12

Straram, de l’autre rive Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°79 , janvier 2007.