La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Courrier du lecteur Pistes et plateaux

juillet 2006 | Le Matricule des Anges n°75 | par Pierre Hild

Maxime Schmitt a plusieurs vies. Il fut guitariste de Vince Taylor, producteur des débuts de Taxi Girl, ami et occasionnellement parolier de Kraftwerk. On le sait depuis leur « Tour de France » du début des années 80, les Kaftwerk aiment le vélo, le pratiquent, pensent que c’est le meilleur exemple d’entente entre l’homme et la machine. On ne le savait pas, Maxime Schmitt voue une passion à la petite reine depuis les années 60 : Vélo volé en est la traduction littéraire. Maxime Schmitt est l’auteur de deux livres publiés au Castor astral, Face B et Cinéma perdu. Après la musique, le cinéma, voici le chaînon manquant : le vélo. Mêlant, comme il aime à le faire, air du temps et souvenirs personnels – « le vélo est une belle machine à remonter le temps » –, Schmitt pratique ici un collage très libre : les petits textes de Vélo volé pourraient être l’oeuvre d’un styliste furieux, adepte du coq-à-l’âne, qui aurait pris le parti de faire tenir de courtes proses sur des vignettes Panini. Darrigade, Anquetil, Pantani, Armstrong, croisent ici Miroir Sprint, les biscottes Prior, la crème Gibbs et le chocolat Cémoi. Epopées légendaires des seigneurs de la route se mêlent aux courses personnelles de l’auteur. Soudain, un aphorisme tombe : « Quand le tour ne sera plus un conte de fées, les journalistes pratiqueront la chasse aux sorcières. » Tout À Trac, une analyse de bas-côté : « Les animaux qui nous observent au-delà des prés… s’ils pouvaient parler ! Les ânes ne doivent pas, ils sont au piquet d’avoir trop bandé. » Fuselé, énergique, souvent exclamatif, le style ressemble à celui d’un sprinter. C’est là, peut-être que l’on retrouve un peu des équipées sauvages et musicales de l’auteur. Écrire vite, par fulgurances, à la recherche d’un temps perdu. Écrire avec rage, de peur que le temps nous dépasse à jamais.

Pierre Hild

VÉLO VOLÉ
DE MAXIME SCHMITT
L’Arpenteur 178 pages, 19

Pistes et plateaux Par Pierre Hild
Le Matricule des Anges n°75 , juillet 2006.
LMDA papier n°75
6.50 €
LMDA PDF n°75
4.00 €