La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Entretiens

Les articles

Autoportrait en nature morte

de Jean-Paul Iommi-Amunategui
Une vie (en) trompe-l'œil Retiré du monde, Jean-Paul Iommi-Amunatégui nous convie dans sa chambre noire, mélancolique et érudite. Que retenir d’une vie ? Des hauts, des bas ? Tout un slalom machinal entre des ombres comme le clamait Léo Ferré ? Né au Chili en 1947 d’un père poète et universitaire, et d’une mère, Xiména, d’une grande beauté, immortalisée par Man Ray et qui partagea la vie d’un autre poète, Vicente Huidobro, Jean-Paul Iommi-Amunatégui enchaîna les allers-retours entre Santiago et Paris avant de s’y installer définitivement. Passé de l’archéologie à l’histoire, il devient successivement responsable du supplément littéraire du Matin de Paris dans les années 80, éditeur au Quai Voltaire, puis coordonne...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Whitesand

de Lionel Salaün

Ulysse au bayou

Porté par un souffle épique, le quatrième roman de Lionel Salaün nous transporte dans le sud du Mississippi. Puissant, grinçant, haletant. Dans Le Mythe de l’éternel retour, le sombre et lumineux historien des religions Mircea Eliade évoque la notion de réalité chez les peuples dits primitifs indo-européens. Pour eux tout ce qui était réel était sacré. Un objet ou un geste n’étaient réels que s’ils répétaient une action effectuée à une époque mythique. Le rituel qui en découlait octroyant une force sacrée. Tout le reste...
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

La Griffe du temps : ce que l’histoire peut dire de la littérature

de Judith Lyon-Caen

La littérature piège

En une enquête labyrinthique mais lumineuse, l’historienne Judith Lyon-Caen nous dévoile les lacs et lacis du Paris ténébreux de Barbey d’Aurevilly. En 1874, Jules Barbey d’Aurevilly fait paraître un recueil de six nouvelles : on ne sait si le titre, Les Diaboliques, désigne les récits ou leurs héroïnes. Toujours est-il que « le volume fut rapidement retiré de la vente sous la menace d’un procès pour immoralité » – nous ne sommes plus au temps du grotesque procureur Pinard mais l’ordre moral, en ces débuts vacillants de la Troisième...
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

Serpent dialectique

Véritable kaléidoscope, l’ouvrage de la poète roumaine Magda Cârneci réfléchit les facettes de la féminité. De l’organique au cosmique. Est-ce un livre ou une étrange fusée qui décolle par cette apostrophe à un amant visiblement plus intéressé par le ronronnement de la télé ? « Mon chéri, je vais te dire un secret, et surtout n’aie pas peur : je suis une Shéhérazade. Une petite Shéhérazade d’appartement, dans un immeuble quelconque d’un quartier quelconque, dans une ville de province, une Shéhérazade à toi, rien qu’à toi,...
janvier 2019
Le Matricule des Anges n°199

Crépuscule glacé

Par un premier roman brut, cru, lucide, la Québécoise Juliana Léveillé-Trudel décrit le peuple inuit en butte aux affres d’une certaine modernité. Jadis, le terme Esquimaux ou Eskimos qualifiait les habitants du Cercle polaire. L’explorateur-écrivain Paul-Emile Victor avait su le rendre aussi âpre que rond et chaleureux avec son Apousiak, le petit flocon de neige qui conquit toute une génération. Il apparaît aujourd’hui péjoratif, insultant. Depuis 1970, les Canadiens utilisent Inuits pour les nommer. Ils ont aussi rebaptisé Nunavik,...
novembre 2018
Le Matricule des Anges n°198

Auteurs liés