La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Entretiens

Les articles

Syrie, l’invention de la guerre

de Frank Smith

Gps 12 guerillas poetiques

de Franck & Cazie Smith
Inséparables restes Depuis les années 1990, Frank Smith travaille à l’élaboration de livres dont les matériaux sont les prélèvements de rapports liés aux guerres, aux désastres climatiques, interrogeant la transformation des espaces et la violence des capitalismes mondiaux. Il faut le dire, s’engager dans la lecture des livres de Frank Smith commotionne, tant le montage, quasi littéral, en bribes arrachées à l’horreur et à ce que subissent les populations civiles lors de conflits de territoire, ou de ravages liés aux mépris de l’inexorable réchauffement climatique vous arrache à vous-mêmes et au confort parfois insidieux de la lecture. On ne peut pas ne pas penser ici aux livres de Charles Reznikoff ou à L’Instruction de Peter Weiss, disponible à nouveau, qui s’attaque, en un montage de dialogues, aux procès des bourreaux nazis de Ravensbrück. Ses ouvrages,...
janvier 2024
Le Matricule des Anges n°249

Demain, la veille

de Jean-Baptiste Brenet

Trois et une nuits

La nuit est le pensable par excellence – du « voir », du non-dit mais à dire. Un bel essai de Jean-Baptiste Brenet, et qui fait phosphorer. Dans un chapitre de Que veut dire penser (Rivages, 2022), « Penser comme on voit la nuit », Jean-Baptiste Brenet parlait de l’affaire de la pensée comme « ce qu’il est possible de dire, mais n’est pas dit ». Du nocturne ô combien visible, qui a sa lumière propre. Dans Demain, la veille, le philosophe se remet sur ce chantier : Ibn Tufayl, Averroès, Thomas d’Aquin, Aristote dont Arabes comme...
janvier 2024
Le Matricule des Anges n°249

Au bon vieux temps de Dieu

de Sebastian Barry

Déni d’innocence

Pour son onzième roman, l’irlandais Sebastian Barry enquête autour d’un vieux policier sur fond de pratiques pédophiles institutionnelles. Fantomatique, mélancolique, sidérant. Comme un saumon, Sebastian Barry aime à remonter les mémoires jusqu’à leurs sources, mêlant sa propre histoire familiale aux événements de ce monde, pour y révéler de terribles secrets enfouis. Possédant des talents de conteur hors pair, le natif de Dublin, en 1955, érige des récits cathédrales, aux constructions complexes faites d’incessants allers et retours dans l’espace et le temps (les...
novembre 2023
Le Matricule des Anges n°248

Inventaire de choses perdues

de Judith Schalansky

Rien ne se perd

Capable aussi bien d’incarner des personnages passés, de raconter des souvenirs que de décrire des œuvres et des bâtiments de manière anatomique, Judith Schalansky ausculte les choses qui restent. L’astéroïde 95247 porte son nom. Autrice exigeante et minutieuse, dont l’originalité profonde explique sans doute qu’elle soit traduite dans plus de vingt langues, l’Allemande Judith Schalansky se reconnaît à son érudition teintée de poésie mélancolique. Ses trois livres traduits en français (dont les deux premiers Atlas des îles abandonnées, 2010 ; L’Inconstance de l’espèce, 2013) convoquent...
novembre 2023
Le Matricule des Anges n°248

Impossibles adieux

de Han Kang

L’esprit des os

Dans un roman vaporeux, grave et blanc comme neige, l’écrivaine Sud-Coréenne Han Kang exhume des massacres « oubliés ». Combien de morts, un génocide ? Qu’est-ce qui le justifie ? Au nom du communisme, les Khmers rouges massacrèrent à tout-va. Et au nom de l’anticommunisme avec le soutien économique et militaire des États-Unis ? Au fond d’une péninsule, la Corée du Sud constitue un dernier rempart face à des voisins contagieux et belliqueux : Japon, Chine, URSS, Corée du Nord. Depuis la fin de la Seconde...
octobre 2023
Le Matricule des Anges n°247

Auteurs liés