La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Quartier libre

Les articles

Chorégraphie de ma voisine Pourquoi continuer à écrire cette chronique ? Au fond de moi, vous l’aurez deviné : la sensation que tout cela est peine perdue, il n’y a rien à attendre, ou plutôt il n’y a qu’à attendre, sachant que ce qui arrivera, ce qui adviendra par la littérature se joue ailleurs, cela n’a rien à voir avec ce que nous attendons dans nos vies, pour nos vies, et pourtant si, cela a à voir. Comment dire ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi encore écrire des livres, pourquoi en lire et en parler ? Pendant un temps nous avions une voisine étrange dans notre immeuble. Elle ne parlait jamais à...
mars 2018
Le Matricule des Anges n°191

L’adieu à la tristesse

Àun moment, dans Dora Bruder, Patrick Modiano dit l’impression qu’il a d’être le seul à faire le lien entre le Paris de l’Occupation et celui d’aujourd’hui. Les traces qu’il trouve, les plus infimes, qui d’autre que lui pour les voir ? « Il faut longtemps, écrit-il, pour que resurgisse à la lumière ce qui a été effacé.  » C’est là tout le travail du romancier. De menus indices peuvent nous...
septembre 2017
Le Matricule des Anges n°186

Projet pour une révolution

Au-dessus de 35°C le désir de littérature s’épuise. Les récentes canicules, dont les météorologues nous annoncent le retour de plus en plus fréquent, et intense, ces monstrueuses montées de chaleur ne finiront-elles pas par modifier les conditions d’existence de la littérature, et jusqu’à ses enjeux ? Comment continuer à penser, à imaginer sous les crocs d’une chaleur mordante ? Comment lire...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185

Vak spectra

de Suzanne Doppelt

Un fantôme dans la bibliothèque

de Maurice Olender

Des mouches, des fantômes et des araignées

Des livres ne sont lus par personne. Écrits depuis une certaine absence à eux-mêmes, à l’auteur, ils nous font, les lisant, nous évanouir à ce que nous supposions être. Ces livres fantômes se dérobent et nous nous prenons à rêver au lecteur que nous pourrions être, si nous savions oublier le peu que nous savons, si nous savions à nouveau ne plus savoir lire. Si nous osions ne plus savoir ce...
juin 2017
Le Matricule des Anges n°184

Que m’enseigne encore ce néant ?

Ne pourrions-nous pas exister un peu plus ? Nos vies ne seraient plus seulement des promesses ? Nous cesserions d’habiter dans les limbes où tout est possible toujours, où jamais rien n’advient ? Nous sortirions de cette brume que nous avions confondue avec nos vies ? Et nous verrions que nous ne sommes pas seuls. Qu’il y a ceux que nous ne voyions pas, dont nous n’apercevions jusque-là que...
mai 2017
Le Matricule des Anges n°183