La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Quartier libre

Les articles

Chorégraphie de ma voisine Pourquoi continuer à écrire cette chronique ? Au fond de moi, vous l’aurez deviné : la sensation que tout cela est peine perdue, il n’y a rien à attendre, ou plutôt il n’y a qu’à attendre, sachant que ce qui arrivera, ce qui adviendra par la littérature se joue ailleurs, cela n’a rien à voir avec ce que nous attendons dans nos vies, pour nos vies, et pourtant si, cela a à voir. Comment dire ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi encore écrire des livres, pourquoi en lire et en parler ? Pendant un temps nous avions une voisine étrange dans notre immeuble. Elle ne parlait jamais à...
mars 2018
Le Matricule des Anges n°191

Au bord

de Sereine Berlottier

Aucun express ne m’emmènera

Il y a des moments, on a envie de tout arrêter. Tout va trop vite. Rendez-nous le poème, rendez-nous le moment où la poésie nous donnait la force et le courage, rendez-nous la consolation, rendez-nous la beauté ! Il y a des moments, on voudrait dire aux poètes, vous voyez bien que pour la poésie c’est trop tard, vous voyez bien qu’elle est dépassée, tout va si vite. Que peuvent vos poèmes...
avril 2017
Le Matricule des Anges n°182

L’âge du capitaine

On connaît ça par cœur. Il y a des moments, c’est désagréable, rien ne vient. Un blanc. Le nom qu’on cherche, on ne l’a même pas sur le bout de la langue. Plutôt au fond de la gorge. Ça va me revenir, etc. Il faut que je pense à autre chose. Chute libre. Cela m’est arrivé il n’y a pas longtemps. Un ami me demandait des conseils de lecture en poésie, quelque chose de récent. Il en lisait un...
mars 2017
Le Matricule des Anges n°181

Ceux qui aiment prennent le train

Comment dire ? Il arrive qu’un roman ne soit plus un roman. C’est rare mais cela arrive. Par l’accentuation d’un rythme, quand un rythme s’impose, un tant soit peu, le poème pour un peu prend le pas sur le roman, il n’y a rien à dire, cela ne veut plus rien dire, plus rien à interpréter, on y est, on est là, on veut juste dire cela. « Il faut dire et penser que ce qui est est et ce qui n’est...
février 2017
Le Matricule des Anges n°180

Article 353 du code pénal

de Tanguy Viel

À quoi pensent les poissons ?

À défaut d’être un poisson, on peut toujours faire des films ou écrire des livres. On pourra toujours faire comme si on ne faisait rien, comme si rien n’advenait. On ferait comme Paterson dans Paterson de Jim Jarmush, qui après que le chien de son amoureuse a déchiqueté le cahier où il consignait ses poèmes, la rassure en lui disant que cette destruction n’est pas si grave, puisque c’est sur...
janvier 2017
Le Matricule des Anges n°179