La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Zoom
Proses

Les articles

Vers les terres vagues

Approche de la Zone à défendre
de Virginie Gautier
Écriture traversée En marche vers une Zone à défendre, dans le ralentissement du corps, Virginie Gautier revendique une forme d’attention qui infuse bien au-delà du texte. Vers les terres vagues est le récit d’un voyage vers Notre-Dame-des-Landes, celui d’une expérience subjective vers un lieu déjà écrit par tant d’autres mais non encore approché de cette manière-là, à savoir dans une temporalité qui embrasse l’avant du voyage et son fantasme solitaire, le trajet pour y parvenir et sa cohorte de rencontres, l’arrivée sur la ZAD et l’épreuve du réel. Impossible chez Virginie Gautier de dissocier l’écriture du déplacement tant son œuvre est arrimée à ce dispositif particulier. « Qu’ai-je donc à proposer des mouvements de mon corps, quelques mots déplacés »...
juin 2022
Le Matricule des Anges n°234

Le Lac De Nulle Part

de Pete Fromm

Chinook

de Pete Fromm

L’hiver dans le sang

Avec Le Lac de nulle part, l’écrivain américain entraîne le lecteur dans une aventure de tous les dangers… celle de la réconciliation. C’est un bout du bout du monde, des centaines de milliers d’hectares de nature sauvage sinon pure. Un parc naturel du sud de l’Ontario. Ici l’infini perd la boule, de la forêt, des lacs, encore de la forêt, encore des lacs. C’est presque un non-lieu cette immensité vide de présence humaine, un sanctuaire où sont préservées la faune et la flore. Mais c’est surtout un espace privilégié où...
février 2022
Le Matricule des Anges n°230

Que faire de la beauté

de Lucile Bordes

Amour-haine

Que faire de la beauté ? est un roman sur le pouvoir de la littérature. Ou l’histoire d’une femme qui s’interroge sur le monde et sa mise en récit. Est-ce qu’ailleurs, il y a de la place pour nos rêves ? Mais ailleurs, c’est où ? Et les rêves, c’est quoi ? Peut-on encore aspirer à quelque chose comme de la sérénité quand on se coltine quotidiennement au réel ? Celle qui pose ces questions, se raconte d’un même élan, se nomme Félicité – coïncidence… un prénom qui désigne aussi le bonheur. Félicité est quadra, ex-épouse, ex-écrivain. Elle...
janvier 2022
Le Matricule des Anges n°229

Le Roman lumineux

de Mario Levrero

L’écriture comme quête de l’esprit

La traduction française du Roman lumineux, chef-d’œuvre de l’Uruguayen Mario Levrero, est un événement qui permettra de mieux saisir une œuvre hors norme dont la puissance n’a pas fini de résonner. Pour celui qui n’aurait pas lu, en guise d’introduction à l’écriture autobiographique très particulière de Mario Levrero, Le Discours vide, déjà traduit par Robert Amutio et publié il y a deux ans chez le même éditeur, ce livre a de quoi déconcerter : s’agit-il d’un journal, d’un roman expérimental, d’un assemblage de confessions ésotériques, voire d’un testament ? Le lecteur impatient se...
octobre 2021
Le Matricule des Anges n°227

Jours à Leontica

de Fabio Andina

Tous les matins du monde

L’écrivain italien réinvente le récit de voyage en suivant les pas d’un montagnard. Quand l’émerveillement rencontre la simplicité des jours. Certains écrivains racontent volontiers qu’ils attendent des mois que mûrisse la première phrase, celle qui par enchantement (!) fera le reste. D’autres, qu’ils passent davantage de temps à couper, élaguer, triturer qu’à écrire. Ces affres de l’écriture semblent épargner l’Italien Fabio Andina tant sa narration coule comme une rivière verte et silencieuse, avec cette limpidité, cette fausse...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225