La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Zoom
Proses

Les articles

Terra Alta

de Javier Cercas
Un homme en colère Avec Terra Alta, premier tome d’une série, l’écrivain poursuit la dissection de l’histoire de l’Espagne. Son nouveau héros est un flic nommé Melchor. Son père était un inconnu. Sa mère, une putain. Elle œuvrait « pour une bouchée de pain, exposée à tous les vents ». Quand elle le met au monde, peut-être voit-elle en lui un messager de la paix : elle le nomme Melchor. Tiens, tiens. Leur vie est misérable, honteuse. À peine adolescent, le fils joue au délinquant. La prison lui est grande ouverte. Entre haine et rancœur, Melchor rumine. Sa mère a été assassinée, l’affaire vite enterrée. Il rêve de vengeance. En cellule, il a une révélation : la lecture (merveilleux passage très sarcastique où un écrivain rend visite aux prisonniers)....
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

En descendant la rivière

de Edward Abbey

Rivières sans détours

Dans ces récits écrits au fil de l’eau et de sa pensée tourbillonnante, on retrouve l’insolence joyeuse d’Edward Abbey, l’écrivain des grands espaces. On l’invite en qualité de « philosophe de la nature sauvage ». Le salaire n’est pas terrible, mais on n’attend pas de lui qu’il fasse autre chose « que d’avoir l’air sage, la fermer ». Et c’est parti pour de nombreuses escapades sur le dos de ces rivières si follement immenses qui font de l’Amérique du Nord un pays de démesure. Une sorte de voyage organisé plutôt chic avec guides bodybuildés...
février 2021
Le Matricule des Anges n°220

Indice des feux

de Antoine Desjardins

Rapiécer le monde

Entre détresse et tendresse, ce jeune Québécois écrit des histoires de gosses et d’adultes piégés par notre époque si peu bienveillante. Lumineux. Mes mots les plus importants, ceux que je devrais dire pour la consoler, la rassurer, pour la faire sourire une ou deux fois avant que je meure – ces mots-là, ils veulent pas sortir. Ils restent coincés en chemin ou ben ils trébuchent dans la fosse à tristesse… » Notez le « ben », le « ne » abonné aux absents, les images comme cette fosse à tristesse. Ce parler franc et fleuri à la fois, qui...
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219

Le Bois

de Jeroen Brouwers

D’amour et de soufre

Un monastère où sont maltraités des gamins, des fantômes du nazisme qui rôdent : Le Bois, un roman fracassant et expiatoire. Ça sent le sperme partout. » Bonaventura surveille le dortoir, lieu de tous les rêves impossibles où s’affairent dans l’obscurité de jeunes garçons. Lui-même en proie à quelques démons – débordement de sexe, manque d’amour – s’agite et souffre : « Érection. Œuvre d’art vivante offerte au corps de l’homme, même à celui d’un moine. Ma trique s’arc-boute contre la bure piquante qui me...
novembre 2020
Le Matricule des Anges n°218

La Machine s’arrête

de E. M. Forster

Voyage au centre de la terre (bis)

Publié il y a plus d’un siècle, La Machine s’arrête, bijou d’anticipation, décrit de façon imparable notre monde d’aujourd’hui. L’humanité, dans son désir de confort, avait dépassé ses limites. Elle avait beaucoup trop exploité les richesses de la nature. Avec calme et complaisance, elle sombrait dans la décadence… » Ces quelques lignes qui collent à notre actualité ont été publiées en 1909. La belle clairvoyance que voilà surtout énoncée ainsi avec ce flegme ou ce talent tout britannique, celui de l’écrivain Edward...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217