La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Le Temps qu’il fait : un éditeur hors saisons

octobre 1993 | Le Matricule des Anges n°5 | par Philippe Savary

Loin du tumulte parisien, l’éditeur-imprimeur Le Temps qu’il fait cultive une image de qualité. Tournant le dos aux modes, Georges Monti son directeur, aime la littérature de terroir, libre des contraintes commerciales.

Pour ceux qui aiment les livres du Temps qu’il fait, son domicile cognaçais a de quoi rassurer. La petite maison d’édition qui abrite tant d’arpenteurs de la mémoire poétique offre l’image fidèle d’un refuge paisible, reculé, non comme le curieux pouvait s’y attendre à la lisière des dernières rues citadines, mais au fond d’une cour, en lieu et place d’un ancien chai. Un panneau accroché au fronton de ce bâtiment imposant laisse percer son activité dominante : l’imprimerie. Derrière la porte principale règne une douce impression d’ordre. Deux presses artisanales s’activent, entourées de toute part par le fruit de leurs saccades. Une immense affiche, coincée entre deux étagères métalliques, attire le regard. A quoi sert la littérature ?, lit-on. Il faut donc monter le petit escalier pour espérer une réponse.
Georges Monti a la quarantaine. Il dirige les éditions Le Temps qu’il fait et l’imprimerie du même nom depuis leur création, en 1981. Une double activité qui emploie sept personnes dont quatre chargées de la production. Prestataire principal des éditions Fata Morgana, occasionnel de Deyrolle éditeur, Arcane 17, William Blake and C°, Obsidiane etc., le secteur imprimerie représente 75 % du chiffre d’affaires de la société, avec cette année une croissance (avoisinant les 12%) qui ferait pâlir bon nombre de professionnels. Georges Monti dit pourtant vouloir tasser ce développement : « Je ne suis pas un homme d’affaires, ni un promoteur d’imprimerie », confesse-t-il. Car sa passion est avant tout vouée à la littérature, une passion « névrotique » qui l’a conduit à abandonner l’Education nationale pour endosser l’habit d’éditeur.
Depuis 1981 et doté d’un solide catalogue de plus de 200 titres (regroupant bon nombre d’œuvres de Jude Stéfan, Baptiste-Marrey, Armand Robin, Jean-Claude Pirotte, Henri Thomas, Marina Tsvetaeva, Jean-Louis Trassard, Joseph Delteil…), à raison de 15 à 18 nouveautés par an, Le Temps qu’il fait s’est assuré une bonne assise de respectabilité dans le monde éditorial. Avec un tirage oscillant entre 1 000 et 2 500 exemplaires, et une vente moyenne (très aléatoire) approchant les 800 à 1 000 ex. (avec quelques bons coups comme l’Isabelle Bruges de Christian Bobin - paru en 1992, meilleure vente actuelle, avec 12 000 ex.- quelques bonnes surprises comme le premier roman de Jan Laurens Siesling, Le Maître de la Tour-du-Pin, 3 500 ex.), l’éditeur charentais a réussi le tour de force, où beaucoup ont échoué soit par tentation ou par épuisement, de maintenir sa ligne éditoriale, basée sur « l’exigence, la patience, la cohérence et la fidélité ».
Comme si cela ne suffisait pas, il a même lancé en novembre 1992, une revue littéraire, Chef-lieu, suivant de peu la création de Papilles, une revue des Bibliothèques gourmandes, consacrée aux choses de la gastronomie.
Peut-être élitiste, « un peu 6e arrondissement », reconnaît presque contrarié son directeur, Le Temps qu’il fait n’en constitue pas moins une poche...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?