La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sans fleurs ni couronnes

février 1994 | Le Matricule des Anges n°7 | par Christine Koziura

Villa Mathilde

Une question secrète et lancinante accompagne la lecture du dernier roman de Jean Colombier : celle de savoir où sont passés la tension, l’émotion, l’écriture fine et légère, le regard chaleureux et attentif de l’auteur sur ses héros qui faisaient le charme et la qualité des Frères Romance ? La réponse survient, cruelle et abrupte : tous ces points forts ne se retrouvent que dans le dernier quart seulement de Villa Mathilde. La plus grande partie du roman se présente en effet comme un de ces bons téléfilms que le service public nous dispense certains soirs de semaine. Les ingrédients de base qui font les recettes télévisuelles réussies sont là : description soignée d’un milieu social- ici la petite bourgeoisie française de province- personnages nuancés, mais pas torturés, à la psychologie transparente et en proie aux tourments existentiels courants, faits de société contemporains : chômage et ses dilemmes, usure du couple, famille recomposée et solitude. Quelques rebondissements mesurés maintiennent l’attention du lecteur qui pourrait bien zapper sur un ouvrage plus nourrissant ou plus croustillant. Le tout nappé d’un style bon adjectif-bon verbe qui épouse l’allure bon chic-bon genre des personnages. On attend donc patiemment au fil des chapitres la rencontre de Mathilde et François… Mais voilà, Jean Colombier se décide enfin à manifester son talent et en faisant brutalement basculer son héros de l’autre côté de l’écran, il nous entraîne avec lui sur les rives de la folie ordinaire, celle-là même qui un jour ou l’autre pourrait bien nous tomber dessus. Le style de l’auteur s’en trouve tout chamboulé, ragaillardi par tant d’impertinence. Caméra à l’épaule, l’artiste ose enfin regarder de près ses personnages se débattre et, ôtant leurs masques, zoomer sur leurs regards enfin éclairés. Le suspense pointe même le bout de son nez : Mathilde sauvera-t-elle François ? Il est dommage que cette question ne se soit pas posée dès le début…

Villa Mathilde
Jean Colombier

Calmann-Lévy
299 pages, 98 FF

Sans fleurs ni couronnes Par Christine Koziura
Le Matricule des Anges n°7 , février 1994.