La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Lucographie

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°6 | par Pierre Ceppetelli

Avec jac Regrouper,écrit en 1968, Hubert Lucot nous livre son autobiographie, une biographie bien réelle faite de souvenirs, qu’il malmène, qu’il disloque. Trois parties, trois périodes organisent le récit 1915-1955, 1953-1955 et 1956-… Nous assistons au spectacle des personnages, des hommes dans leur rapport particulier au temps : comment celui-ci les transforme, comment il les achève. « Ils se mettaient à table, nappe irriguée de violettes la charcuterie le cristal, l’attendaient l’attendirent puis au long des jardinets de banlieue cherchèrent ( »Chou ?« ) : une pelouse, étendu, du sang, chou. » Avec Chou, Hérel (R. L, le père de l’auteur), Wolfrom et les autres, émergence une famille, changeante selon les années, selon « les doux hivers d’août ».Des lieux hétéroclites, disparates jaillissent d’une mémoire tantôt active, tantôt passive qui se laisserait aller au rythme du flux et du reflux de la conscience.
Et quoi alors ? Eh bien c’est la guerre, c’est une naissance, ailleurs une disparition, les pénuries. Tout. Et la révolution des mots, de la syntaxe pour tenter de le dire, de l’exprimer. Et voici notre narrateur dans son explosion, sa vérité, sa découverte des livres, de Chaplin, de Dreyer, ses dix-huit ans, ses vingt ans. Et ça continue.
Ecrit avant la composition du Grand Graphe (un texte dont l’écriture couvre une seule page de 12m2), avant sa troisième période où son écriture est devenue linéaire, Hubert Lucot nous livre avec jac Regrouper un texte compact, difficile où le verbe a finalement un mal fou à intervenir. Les phrases se construisent à partir de registres, choisis par l’auteur (la ville par exemple), une base qui permettra à une multitude d’autres phrases de s’écrire pour former un collage immense et dense. Le titre offre plus d’une piste ; d’une part jac comme la contraction de Jacques, l’ami de l’auteur qui prend en quelque sorte la forme d’un vocatif (Hé Jac !), d’autre part regrouper qui témoigne de la volonté de Lucot de rendre son texte compact et marque aussi un hommage à Stockhausen, l’auteur de Grupen. C’est la volonté d’un verbe puissant, d’une activité, d’un dynamisme. L’écriture faisant partie de l’existence il est donc inutile de recréer la vie. Dans sa contradiction, celle qui naît du désir de regrouper les faits, les mots, tout en gardant leur discontinuité, jac Regrouper n’est rien d’autre qu’un monument.

Jac Regrouper
Hubert Lucot

Carte Blanche
28 pages, 50 FF

Lucographie Par Pierre Ceppetelli
Le Matricule des Anges n°6 , décembre 1994.