La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le taxi des Hespérides

février 1996 | Le Matricule des Anges n°15 | par Dominique Aussenac

Le Taxi des Hespérides

Le narrateur, conducteur de nuit d’un taxi athénien, trouve dans l’exercice de son métier une liberté solitaire. L’habitacle de sa voiture est l’espace à l’intérieur duquel il peut remâcher ses complaintes, son amertume, et écouter la vieillesse venir. Le roman de Yannis Xanthoulis, auteur né en 1947 et qui connaît actuellement un grand succès en Grèce, est construit comme une déambulation. Les lieux ne se fixent pas sur la page, mais semblent être emportés par la vitesse du véhicule. Les relations que le narrateur entretenait avec sa mère, belle femme aux douze amants, et avec son père, pharmacien conformiste, n’ont pas vraiment de poids ; elles entretiennent une nostalgie confuse, un désarroi qui circule autour des choses, des visages, des événements passés, sans jamais se poser sur aucun d’entre eux. Si l’auteur évoque dans ces pages la condition des immigrés d’Europe de l’Est, le sujet est pris dans un mouvement lâche, incertain, qui revêt peut-être un certain charme, mais qui peut aussi agacer. Yannis Xanthoulis jette à la mer des lignes sans plombs.

Hatier
Traduit du grec
par Léa Rotis
225 pages, 118 FF

Le taxi des Hespérides Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°15 , février 1996.