La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Les pistes de L’Animal

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Philippe Savary

Littératures, arts et philosophies : les premiers pas de L’Animal ne manquent ni de souffle ni d’ambitions. Un lieu ouvert, agréable et pluriel.

L' Animal N°1

La naissance d’une revue est un événement trop précieux pour ne pas être salué, surtout lorsque l’entreprise est remarquable. Après La Main de Singe, L’Œil de bœuf, Le Guépard… le bestiaire s’élargit donc d’un nouveau pensionnaire. Tiré à 800 exemplaires, L’Animal est exclusivement thématique (sa première livraison s’articule autour du thème Richesse et pauvreté) et paraîtra chaque semestre (en mai et en novembre). De très belle facture -grand format (21/27) sur papier recyclé, mise en pages aérée et audacieuse-, elle assure un confort de lecture conforme à l’ambition de sa ligne éditoriale. Comme l’annonce un peu précieusement son responsable Thierry Hesse, L’Animal a ainsi pour but « de délivrer un sens captif des choses, un air rare, étouffé ou perdu, une place retirée d’où viendra la surprise ». En d’autres termes, L’Animal se veut un espace de réflexion. Son sous-titre Littératures, arts et philosophies témoigne de sa volonté de croiser les langues et les genres. En tout : une quinzaine de contributions. On retrouve de nombreux enseignants en philosophie (dont le directeur de la revue) qui dissertent sur le thème choisi en convoquant la pensée des plus illustres (Walter Benjamin, Jean-Jacques Rousseau…), un spécialiste d’économie, quelques écrivains majeurs (Jude Stéfan, Eugène Savitzkaya, le trop méconnu Hermann Ungar -apôtre de la morbidité), ainsi que le travail (très convaincant) de deux photographes (Frédéric Cornu et Patrick Kuhn). Le premier a réalisé le portrait de six pensionnaires de deux monastères cisterciens. Le second montre quelques instants fugitifs de la vie d’un couple, gens de peu, habitant une baraque en tôle posée sur un tas de gravat. Ces deux reportages valent tous les bavardages du monde. Au sommaire également : un poème d’Antoine Emaz et un texte manuscrit de Francis Marmande (un peu maniéré).
L’ensemble est soigné, riche de ses diversités, et surtout extrêmement cohérent. Le seul reproche que l’on pourrait formuler est la faible place accordée à la littérature -à la fiction- ( en terme de pagination) même si le thème retenu « est un sujet qui ne tolère guère les effets de style, car la pauvreté ne se raconte pas », prévient très justement l’un des auteurs William Schuman. Les longs articles -ennuyeux ou passionnants comme un cours de philosophie- n’évitent guère parfois le piège de la phraséologie : « L’essence fluente (…) de la riche pauvreté (…) semble flotter entre l’immanence close sur soi et le transcendance ek-statique ». Bref, L’Animal a très belle allure. Assurément, il ne lui reste plus qu’à trouver son rythme.

L’Animal N°1
126 pages, 100 FF Abonnement 2 N° 180 FF (17, rue Saint-Jean 57 000 Metz)

Les pistes de L’Animal Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.