La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mezza voce

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Didier Garcia

Une erreur de la nature

A quoi bon encore des poètes

Ce sont deux tons, opposés sans pour autant s’exclure, qui sous-tendent Une Erreur de la nature : celui de la confidence, et celui, moins chuchoté, de la résistance. Les premières phrases placent cet essai sous le patronage du « je », inscrivent l’illisibilité au cœur d’une problématique personnelle, non plus réductible au désir polémique qui embrasait Ceux qui MerdRent, mais portée par une voix plus sage, et comme désireuse de céder à la confidence. Christian Prigent paraît déposer ici, dans l’écrin de cette littérature qu’il aime à visiter -Ducasse, Rimbaud, Artaud-, quelques-uns de ses plaisirs et de ses secrets : son appartenance à la compagnie des écrivains difficiles, et son rêve de pouvoir s’affranchir un jour de la pratique de l’écriture -ce fameux renoncement si cher à Blanchot. Une confession qui ne se départit pas d’une certaine volonté d’en découdre avec soi-même aussi bien qu’avec les autres, et d’expliquer, en saluant Raymond Roussel, comment il a écrit certains de ses livres, comment il a commis certaines erreurs, et donné de mauvais conseils (deux titres de l’ultime chapitre).
Mais à côté de cette manière douce, on oserait même dire tendre, s’élève la voix du combattant, du résistant qui entend continuer à dire « non à l’horriblement fadasse poésie subjective » et à écrire « contre ce qui nous voue à la stupidité meurtrière du monde ». Une nouvelle démonstration de résistance qui ne sera pas la dernière puisque résister « est toujours, est plus que jamais, à l’ordre du jour ».

Une Erreur de la nature, P.OL., 223 pages, 140 FF
À quoi bon encore des poètes ?, P.O.L., 52 pages, 49 FF

Mezza voce Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.