La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les risques du faussaire

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Christine Fiszer-Guinard

Faux en écritures

Le récit refuse l’intrigue, que pourtant mille liens cimentent, tels l’amitié entre deux « garçons » ayant franchi la quarantaine dont le narrateur. Celui-ci vit dans une petite ville de province où son métier consiste à vérifier l’état de la voirie. Il regrette Ève, la première femme et découvre Sophie, sans cesser de vivre au ras du quotidien, appliqué à écrire. À écrire ce qui se laisse écrire lorsque : « On a compris ! Bon, on conteste la vision frontale, il y a l’éclatement scénique, les histoires embrouillées les unes dans les autres, l’instance narrative -des excuses faciles à la confusion, des façons légères de se débarrasser la conscience du devoir de construire la fable ». L’auteur, directeur de la revue Le Cheval de Troie dont c’est ici le deuxième roman, d’une écriture posée qui prend de la vitesse dans la colère et une pointe de prosaïsme pour évoquer la vie ordinaire, déroule le fil de ce qui s’échange avec soi-même ou l’autre, de ce qui va passer au crible de l’écriture ou sous silence ; avec « le projet d’un pur constat ». Voici d’abord Ève, la femme aimée enfin dans le vertige et l’abandon de soi, celle qui s’est esquivée pour ne pas avoir à porter cette joie de vivre et ces chaînes par elle découvertes. L’écriture tentera de colmater son absence, comme la confection longue et compliquée d’un gâteau préparait sa venue. C’est encore à Ève qu’il s’adresse pour parler de Sophie aux grandes jupes noires de bonne sœur qu’elle déploie ou fait frémir avec des ressources surprenantes de féminité, à qui il exprime sa révolte contre les cadrages stupides de l’actualité télévisée, les miasmes du racisme s’infiltrant jusque dans ses rêves.
Le ton et les propos ne perdront jamais leur sérieux un peu sentencieux qu’une sourde angoisse rend tolérable. Mais voilà qu’en s’ouvrant de sa vie, Sophie a repris le fil du récit qui se détend, indéfiniment prolongé par d’imminentes rencontres.
Comme dans la vie ou les romans ? À vouloir épurer, l’auteur n’épargne à son lecteur ni le poids de la réflexion théorique sur l’écriture ni la confusion dénoncée.

Faux en écritures
Maurice Darmon

Deyrolle éditeur
118 pages, 89 FF

Les risques du faussaire Par Christine Fiszer-Guinard
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €