La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Les bouches bandantes

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Emmanuel Laugier

Glossomanies : sotie en trois tableaux

Naturellement, on aurait tendance à penser que Christian Prigent cache derrière l’écrivain qu’il est une sorte de dramaturge. Son œuvre, roman ou poésie, toute entière tournée vers le babil transpirant des langues souterraines et pulsionnelles, celle du mental révulsé, de la peau retournée, on la tournerait volontiers vers une sorte de théâtre intérieur que la voix, à bras le corps, sortirait au plein jour, en scandant ses ruminations et ses souffleries, son moteur emballé. Cela constitue bien une dramaturgie, mais elle est dans l’œuvre, proses ou vers, pliée sur elle-même, elle se montre par des biais que l’on ne lui connaît pas ordinairement : pas d’acte, de prologue, de personnage, de descriptif de scène à proprement parler. Glossomanies, sous-titré Sotie en trois tableaux a été écrit, à l’origine, pour un opéra. Ce dernier n’ayant pu être monté, le livret donna naissance au premier chapitre du roman Commencement. Aujourd’hui, la première version est reprise comme pièce de théâtre. Publiée après avoir été jouée au Théâtre-Poème à Bruxelles, elle montre, classiquement, son squelette : premier tableau/ Naissance des voix, deuxième tableau/ Cercle du savoir, troisième tableau/ Cercle du savon. Il y a des figures comme Broudic, Perrigault, le cœur des filles et des garçons, les professeurs Génie, Eugène, Ordinaire et Oginox, la mère Palmolive et Curochrome, la mémé Cadum, des docteurs. Les voix naissent des mioches Broudic et Perrigault, en allitérations, en basculant le son du sens, en maniant follement le corps du babil, en voix quasi-animales, dans une « campagne d’enfance » où « c’est tout vert sous les cieux ouverts ». D’abord ils tapent du pied sur la terre pour faire sortir les vers et le son glissant de leur corps :« Ce qui fut tu au fond se hisse en bruit au trou :/ traduction illico en mots dans nos tuyaux ! ». Ce tapage sera suivi de l’arrivée du Savoir et du Savon. Nos compères vont être aspirés en eux, se battront devant le cadastre de la bonne langue bien "tourniquée&

Glossomanies Éditions de l’Ambedui
(Cité Fontainas 8/43 -B 1060 Bruxelles) 69 pages, 120 FF

Les bouches bandantes Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €