La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Porno poétique

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Thierry Guichard

Les Rois ambulants

Arpenteur parisien, pilier de bars, Yves Martin est aussi un amoureux des salles obscures.Pas de celles où les ouvreuses en uniforme règlent la circulation des files d’attente.L’humble bonhomme (qui « arrive toujours de trop loin après de grossières courses en sac, le corps étourdi de ficelles ») préfère les obscurités crasseuses des salles spécialisées, où se décline à toutes les sauces le pornographique : de l’érotisme soft au quasi-documentaire sur la vie des poils… Des salles de cinéma aux noms conquérants et aux W.-C. très fréquentés.Sur un sujet pareil, on peut s’attendre au pire.On n’imagine pas un instant que l’on échappera à un naturalisme à se pendre.C’est méconnaître l’art d’Yves Martin.L’homme est poète : il s’est forgé une langue singulière dont l’hallucinante richesse finit par projeter des ombres de couleurs dans cet univers délavé qu’il affectionne. Ainsi, à propos d’une de ces salles : « Le Midi-Minuit est aussi surprenant qu’un élève qui n’est pas tout à fait un cancre et rédige ses devoirs seulement entre les branches d’un cerisier. »L’incongruité des images, la juxtaposition contre nature de certains mots génèrent un sentiment d’étrangeté béat dans lequel le lecteur flotte comme dans un bain amniotique. Et derrière cet amour des façades lépreuses, se dessine en filigrane, celui que l’auteur accorde à ceux, caissières, videurs et obsédés malheureux, qui vivent à l’ombre du siècle.

Les Rois ambulants
Zulma
126 pages, 49 FF

Porno poétique Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €