La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Le lecteur se laisse lire

mars 1997 | Le Matricule des Anges n°19 | par Thierry Guichard

Le Lecteur de Samuel Brussell témoigne de la passion de cet ancien éditeur (L’Anatolia) pour la presse. Clair, il défriche le champ des idées.

Le Lecteur

C’était une belle maison d’édition, soignée et curieuse. L’Anatolia a subi, à l’automne dernier une liquidation judiciaire. C’est un beau mensuel, à la mise en page élégante et claire. Le Lecteur est né, en février, des cendres de L’Anatolia. La métamorphose d’éditeur en directeur de la publication n’étonnera guère ceux qui ont croisé Samuel Brussell, ici ou là, un journal (de préférence étranger) toujours en poche. Cet amoureux de la presse a donc franchi le pas.Le Lecteur, immanquablement, avec son papier journal, sa bichromie de Une, évoque La Quinzaine littéraire : « Je n’y ai pas du tout pensé. Je ne lis pas La Quinzaine. Mon modèle, ce sont des journaux comme le Times literary Suplement ou le Spectator (anglais)  ». Cela se traduit par une typographie très aérée, classique et sobre. Une lisibilité que l’on retrouve, et c’est là sa grande qualité, dans le contenu des articles. Pour preuve Étienne Wolff nous fait découvrir, avec quelle intelligence, l’humaniste catalan Vivés mort au milieu du seizième siècle. Maître de conférence, Étienne Wolff laisse tout jargon au vestiaire et dresse le portrait vivant d’un homme dont le père fut brûlé par l’Inquisition. Mais, cerise sur le gâteau, il ne s’agit pas seulement de procéder aux fouilles de l’histoire littéraire et d’enfermer dans un musée les idées de l’époque.Qu’il s’agisse de Vivés, ou de Juvénal, Étienne Wolff parvient à tirer de leur œuvre, un éclairage sur notre époque. On trouve là l’expression du credo de Samuel Brussell : « La voix des classiques nous parle vraiment. Les classiques nous éclairent et nous aident à voir la réalité ». On comprend, dès lors que la littérature contemporaine soit un peu minoritaire. On trouve cependant, entre autres, un article enthousiaste sur Pirotte, un égratignage respectueux de Tillinac, un hommage à Burgess. La littérature francophone n’est pas absente, mais fidèle à ses goûts d’éditeur, Samuel Brussell ne lui offre pas une place de choix.Le Lecteur s’intéresse aussi à la philosophie (Popper et Feyerabend ici) aux arts avec l’architecte Adolf Loos ou avec les belles photos de Giorgia Fiorio.
Fort de cette idée que « les gens sont intimidés par la culture qui les prend de haut » Le Lecteur ouvre une fenêtre éclectique sur le monde.Une fenêtre qui, dans le numéro de mars, éclairera les portraits de V.S.Naipaul, Queneau et Gombrowicz. Tiré à 28 500 exemplaires, il faut souhaiter au Lecteur de trouver ses lecteurs. Et inversement.

Le Lecteur 24 pages, 15 FF - Abt 12 numéros : 150 FF
BP 2030 34 024 Montpellier Cedex 1

Le lecteur se laisse lire Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°19 , mars 1997.
LMDA PDF n°19
4,00 €