La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Place de l’étoile rouge

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Éric Dussert

Huit ans après la chute du mur de la Honte, Eric Faye le reconstruit en plein Paris. Dans un froid sibérien, le péril rouge est de retour.

Eric Faye poursuit bille en tête sa percée littéraire. Limougeaud né en 1963, il est déjà l’auteur de cinq essais sur Ismaïl Kadaré et les contre-utopies publiés chez José Corti. En 1995, il s’est tourné vers la fiction avec Le Général Solitude (Le Serpent à Plumes), un très honorable premier roman qui annonçait la probable éclosion d’un écrivain. Ce que confirme Parij, un livre accompli, ferme et nourrissant auquel ne manque ni la magie ni le suspens. Comme les livres qui l’ont précédé, Parij témoigne d’une fascination pour le champ politique où s’affrontent les forces coercitives et les destins collectifs. Avec Le Général Solitude, Eric Faye rendait un hommage aux utopistes qui fondent la communauté idéale malgré le caractère inéluctable de son échec. Une manière de noter que l’on peut tenter de modifier la réalité sur la foi d’un rêve. Suivant une logique inverse, Parij fait le récit du déclin d’une société aux origines utopiques qui a sombré dans la brutalité d’un régime totalitaire.
Plus précisément, Parij est un roman géopolitique puisque son titre est la version slavisante du nom de Paris. Et l’atteinte à l’intégrité de notre capitale n’est pas seulement orthographique. Elle se révèle chronologique dès lors que le roman repose tout entier sur le principe d’uchronie imaginé par Charles Renouvier au XIXe siècle et analysé par Emmanuel Carrère dans Le Détroit de Behring (P.O.L, 1986). Sous le voile d’un nom savant, l’uchronie consiste à tordre le cours de l’histoire en modifiant un événement qui transformera à son tour ceux qui dépendent de lui. Une théorie des dominos qui nous est aussi familière que la prose l’était à Monsieur Jourdain. Ne dit-on pas, par exemple, que la face de l’Empire romain aurait été changé si le nez de Cléopâtre n’avait pas été si long ?Eric Faye a pratiqué cet exercice au moment de la conquête du territoire allemand par les troupes alliées à la fin de la Seconde guerre mondiale. Seulement, il imagine que les Russes plus rapides que les Américains ont poussé jusqu’à la France. L’histoire de Berlin devient celle de Paris lorsque le Mur de la honte coupe la ville en diagonale. Cette géopolitique-fiction met en scène un prix Nobel de littérature Romain Morvan qui poursuit le mythe du roman global. Expulsé de la zone Est de la capitale, il laisse derrière lui Clara Banine, sa maîtresse et le manuscrit de son ultime roman, un brûlot qui doit mettre en péril le régime communiste. Bernard Neuvil, fonctionnaire affecté à la surveillance du courrier, est chargé de récupérer le livre à partir des informations que Morvan laisse échapper de ses lettres. Un jeu de chat et de souris où l’élément amoureux s’inscrit par une concession à la forme romanesque. Dans Paris enneigé, le pâle Neuvil s’enferme dans un rêve d’amour et de talent tout en craignant d’être pris en chasse à son tour par les cadres du parti.En admettant « jouer avec des archétypes », Eric Faye monte son récit sur des images connues. C’est une véritable gageure que de reprendre sans ennui le thème de la guerre froide. Il y parvient. Son Parij croise Le Troisième Homme de Graham Greene. Sa quête policière prend en filature les ombres de personnages qui ressemble à ceux de Max Genève dans une ville étonnante d’étrangeté, semblable au royaume de Jacques Abeille. Eric Faye est bien un écrivain de notre temps : il reste fasciné par les fins de règne de la Mitteleuropa qu’Enki Bilal a dessiné. Avec Parij, il use brillamment du goût décadent et réveille des démons si proches, si probables que son livre en acquiert des airs de parfaite crédibilité.
ParijEric Faye
Le Serpent à Plumes255 pages, 110 F.

Place de l’étoile rouge Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4.00 €