La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Billet, deuxième classe

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Benoît Broyart

Un amour singulier

Enfant, Gregorio voit son grand-père « disposer sur la table des liasses de billets de banque ». Son destin s’en trouve définitivement scellé. L’argent devient le moteur de son existence. Désireux de faire fortune, il entame au début du siècle, un long périple. Europe, États-Unis, les kilomètres lui donneront l’occasion de rencontrer des personnages étonnants.
Après La Lettre à un adolescent sur le bonheur(Arléa, 1995), Franco Ferrucci, né à Pise en 1936, propose un texte de moraliste, où il démontre la toute puissance du billet de banque.
La forme romanesque est-elle pour autant un prétexte ? Si Ferrucci pénètre souvent dans le récit - « L’amour, par exemple, est une espérance, et la haine une crainte ; et le seul moyen de tenir les rênes de l’imagination est d’opter pour une manière de vivre qui ne réserve aucun motif de crainte ou d’espoir », il prend également plaisir à la fiction et réserve de belles rencontres à ses personnages : Gregorio découvre Dana, endormie dans un train dont il doit réceptionner la marchandise.
Un amour singulier oscille toujours entre la tentation de démontrer et la joie de conter. Le propos bute parfois sur des situations trop artificielles. À Berlin, Gregorio fait la connaissance de Kurt, personnage « diabolique », « grand chambellan » de l’argent (très proche du Kurtz de Conrad). Il initiera Gregorio au profit durant la Première Guerre mondiale qui se révèle être un véritable « face-à-face économique ».
Il manque un univers au roman de Ferrucci. La fiction semble être le résultat d’une démonstration et la forte présence de l’auteur nous force à garder nos distances.

Un amour singulier
Franco Ferrucci


Arléa
Traduit de l’italien par
192 pages, 98 FF

Billet, deuxième classe Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4.00 €