La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Des raves à la réalité

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Christophe Fourvel

Entre roman halluciné et réalisme social, un premier livre traduit d’Alan Warner, aussi mal écrit qu’on ne parle. Creux avec quelques trouvailles.

Morvern Callar

La première page du livre décrit un cadavre dans un appartement. Une jeune fille découvre le corps inerte. C’est un peu avant Noël. Le cadavre est celui de son compagnon suicidé. Nous sommes dans un port industriel de Grande-Bretagne, assurément pauvre, bourré de chômeurs, d’emplois mal payés. On y parle mal, avec des phrases pas bien correctes et du coup, le livre se veut aussi mal écrit qu’on ne parle. Il faut donc en passer par des dialogues ainsi : « Hé, salut à toi, ça me dit dans le noir/ Bonjour, je fais./ C’est quoi ton nom ? ça me demande./ Morvern, je fais./ Bon alors autant s’y mettre hein ? ça me fait comme ça ». Si le lecteur est apte à franchir cet obstacle, il est possible qu’il prenne du plaisir à lire ce livre et pas seulement s’il a moins de vingt ans ou une dérogation. Car Alan Warner possède certains dons et entre autres celui de créer une temporalité narrative d’une grande audace, passant sur plusieurs mois en une ligne pour plus loin s’étendre pendant plusieurs pages sur une minute.
Des phrases récurrentes (« je m’allume une Silk Cut avec le briquet plaqué or »), écrites autant de fois que le geste est effectivement accompli dans la narration, comme la mention systématique des musiques écoutées, enrichissent cette temporalité d’une rythmique. C’est probablement de la littérature-ecstasy, un fruit aux couleurs artificielles mais pulpeux, débordant d’une sensualité de tous les pores. Le monde est à la fois cru dans la conscience de ses crises et flou suffisamment pour demeurer supportable. Les gens n’ont pas de prénom, à l’exception de l’héroïne et de son amie, Lanna. Ils s’appellent La Togne, Lutte Finale, Trois-de-Tension, J-le-mataf, Touche-Pissou, Fornicator, Fend-la-bise, Danse avec la lune, Chimicosse ou encore Père Blaireau. Nous ne connaissons pour la plupart d’entre eux que leurs ombres buvantes au comptoir mais ils finissent par exister ensemble comme un petit monde fauché et attachant. Reste l’histoire plutôt ténue, celle de la dérive d’une toute jeune fille partie des brumes du nord dépenser un fric tombé du ciel dans les soirées raves, quelque part vers Ibiza ; d’un aller-retour pour le soleil, à l’endroit exactement où les gens bronzent imbéciles. « On s’attendrait à voir un fouillis de collines et une rotonde qui surplombe un port : mais rien. A voir des quais avec une digue entre et une jetée bordée d’hôtels derrière : mais rien. A voir des maisons en pierre blotties autour d’une baie en croissant de lune avec la Cité nichée dans le fond : mais rien. L’endroit que je suis en train de regarder c’est complètement autre chose. » Le texte est ainsi parsemé de petites embardées heureuses. Ce que voit à ce moment-là Morvern, nous ne le saurons pas. La quatrième de couverture nous apprend que l’auteur, qui est âgé de 34 ans et qui vit actuellement à Edimbourg, vient d’adapter ce livre au cinéma.
Il est vrai que hormis ce rien, glissé non sans humour dans le lot de cartes postales, la vie de l’héroïne pendant ces plus de deux cents pages défile comme sur un écran. De quoi faire un film culte avec une nana culte ; le culte du rien. Chaque époque a Les Clochards célestes qu’elle peut.

Morvern Callar
Alan Warner

Traduit de l’anglais
par Catherine Richard
Jacqueline Chambon
254 pages, 110 FF

Des raves à la réalité Par Christophe Fourvel
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23
4.00 €