La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Essence de la ville

août 1999 | Le Matricule des Anges n°27 | par Éric Dussert

Un joli volume rouge brique célèbre le centenaire de la naissance de Jacques Audiberti, le 25 mars 1899 à Antibes. On connaît déjà, et on les admire, sa poésie (Des tonnes de semence, Ange aux entrailles…), ses romans (L’Opéra du monde, Le Maître de Milan…) et son théâtre (Quoat-Quoat…). On s’est même pourléché d’un maître-livre, le « roman-journal » Dimanche m’attend. Avec Paris fut, c’est Audiberti journaliste qui émerge, cinquante ans après avoir semé ses observations dans la presse. Embauché au Petit Parisien en 1924, il opère d’abord dans le domaine des chiens écrasés et mène enfin entre 1937 et 1939 une série d’enquêtes parisiennes. Ces premiers articles signés de son nom (si l’on excepte les chroniques du Réveil d’Antibes datées de 1914), composent aujourd’hui la vivante matière de Paris fut.
Tandis que l’Europe géopolitique s’échauffe, Jacques Séraphin Marie aborde en 1937 la micro-histoire locale dont il fait avec enthousiasme la peinture fugace. Il œuvre sur le mode concret sans égarer le charme de sa prose ni fourvoyer ses images. D’ailleurs, il fouille des « venelles dont le bariolage et la courbure enchantent les esprits sensibles aux décors sans banalité ». Ses colonnes révèlent les « îlots insalubres,(ces) maisons obscures qui se referment sur les hommes comme des souricières », les artisans fiers mais discrets, les marchands de verdure tellement spécialisés, les Puces ou les animaux vendus sur les quais de Seine. C’est une ménagerie incroyable – on songe aux sonnets d’Ernest d’Hervilly (1839-1911) qui traquait les Bêtes à Paris, la marmotte, l’huître et le hanneton.
Poète-reporter, Audiberti se montre très attentif au langage, celui « robuste de la Halle aux cuirs », au vocabulaire spécialisé des corps de métier ou à cette « rondeur bien frappée de l’éloquence » de l’orfèvre. Jacques Audiberti entre à l’académie des Mange-bitume où Fargue, Desnos, Yonnet, Apollinaire et Huysmans festoient déjà. Ensemble, ils lui ouvrent les portes de la confrérie précieuse des poètes de Paris. Lui qui se définissait en 1943 dans une lettre à Marcel Arland comme le « lent et fidèle serviteur de cet obscur ordre du ciel, » Écrire prouve par là qu’il fut aussi un grand dans l’art de décrire.

Paris fut, de Jacques Audiberti
Éditions Claire Paulhan
(85-87, rue de Reuilly, 75 012 Paris)
197 pages, 140 FF

Essence de la ville Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°27 , août 1999.
LMDA papier n°27
6.50 €
LMDA PDF n°27
4.00 €