La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Premiers romans Eau plate au pays du vin

octobre 1999 | Le Matricule des Anges n°28 | par Thierry Guichard

Un étudiant de bonne famille, homonyme de l’auteur, vient se réfugier (avec son chien) dans une vaste maison secondaire de Bourgogne. Dans le village, il rencontre une jeune fille de bonne famille. Il roule en Golf, écoute de la house ou Portishead boit du vin et de la vodka. Elle s’habille de jeans et tee-shirt, a de petits seins et préfère Bob Dylan. Inutile, sans saveur et passablement ridicule, ce roman pourra toujours servir de référence aux historiens de demain : tout y exprime le désir d’appartenir à une tribu, dont les signes déclinent scrupuleusement notre société de consommation. L’auteur y prend la pose du jeune branché parisien, qui partouze sous ecstasy et s’interroge sur les phrases de Kant ; qui ressasse sa rupture avec « la femme de ma vie » et le divorce de ses parents à Noël dernier (vous vous rendez compte : quel traumatisme !).
Image aussi plate que stéréotypée, fruit probable de trop de nuits passées à regarder M6 (ses films pornos à la papa, ses clips vidéo). Même l’imaginaire érotique de l’auteur épouse les clichés les plus éculés : il ne suffit pas au héros de faire l’amour dans une église, il faut encore que son ami hospitalisé soit soigné par une belle infirmière douce dans sa blouse blanche qui retenait ses seins. Tout est prévisible, tout est laborieusement sans imagination, sans énergie, sans pensée. Charles Pépin écrit une longue rédaction de lycéen qui veut épater son prof de français. Il accumule les adjectifs comme si ceux-ci détenaient la part de littérature qui manque à son roman. Sa nostalgie de la jeunesse s’habille des derniers restes d’un romantisme dandy mille fois lu. Descente est comme un verre d’eau quand on n’a pas soif : sans intérêt, sans danger, inutile. Espérons qu’avant d’écrire un deuxième livre, l’auteur voudra bien attendre d’avoir quelque chose à dire.

Descente
Charles Pépin

Flammarion
189 pages, 89 FF

Eau plate au pays du vin Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°28 , octobre 1999.
LMDA PDF n°28
4.00 €