La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Premiers romans Les Demeurées

janvier 2000 | Le Matricule des Anges n°29 | par Thierry Guichard

Voici un roman qui laisse pantois, bouleversé, ému. Coup de maître mais pas coup d’essai puisque l’auteur a déjà derrière elle une œuvre d’écrivain où parmi les romans pour la jeunesse il faut citer le très beau Ça t’apprendra à vivre (Le Seuil). Les Demeurées sont La Varienne (on devine d’où vient son nom), idiote du village qu’un ivrogne un jour enfanta, et Luce le fruit de cet amour très éphémère. La mère et la fille n’échangent pas de parole dans la petite maison où elles vivent recluses. Jusqu’au jour où Luce doit aller à l’école. Le monde que leur deux solitudes avaient fondé menace alors de se fissurer devant l’insistance avec laquelle l’institutrice passionnée tente d’aider Luce à acquérir le langage. Face à l’extérieur, jugé menaçant, la fille et la mère vont découvrir ce que c’est que l’amour, un amour originel, instinctif, mystique. Il ne faut pas en dire plus. Le roman avance dans une tétanie de silence, dur et tendu vers ce mystère bouleversant que les mots livrent quand, pour la première fois, on les comprend. Et vers ce mystère innommable qu’est l’amour quand il peut se passer du monde.

Denoël
84 pages, 59 FF

Les Demeurées Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°29 , janvier 2000.