La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Bleue, avant de mûrir

mars 2000 | Le Matricule des Anges n°30 | par Thierry Guichard

Bleue N°1

On fera d’abord remarquer que Bleue a une couverture noire. Que la revue ne manque pas d’ambitions puisqu’elle se sous-titre : « littératures en force ». Qu’elle se donne les moyens de réussir, avec un comité de parrainage prestigieux : Jacques Roubaud, Michel Deguy, Michel Chaillou, Pierre Bergounioux. Que Bleue souhaite mélanger les voix reconnues à des « voix d’auteurs inconnus, souvent »issus des banlieues«  ». Ainsi, accroche-t-elle à son premier fronton des auteurs comme Volodine, Viel, Laclavetine, Lamarche, Maulpoix, Serena, Millet, Belhaj Kacem. On regrettera une mise en page pauvrette et assez tristounette (mais c’est un premier numéro). Mais surtout, à la lecture, la première impression est une gêne : aux textes des auteurs reconnus (lisez les « narrats » de Volodine) répondent les voix dont on devine qu’elles sont issues d’ateliers d’écriture. Du coup le lecteur boite : il se retrouve chaussé de deux pointures différentes. Il ne s’agit pas seulement de qualité d’écriture : la lettre de Touzi Hamdane à « monsieur le Président de la République qui défie les oracles » est drôle parce qu’on y apprend que « Volodine s’inquiète et Tanguy (Viel) cherche ton nom dans le bottin » ou que « Oster a mal aux dents » mais cela sonne comme une fin de colonie de vacances où nous n’étions pas. On remarque la permanence de ce nombrilisme communautaire : beaucoup parlent de la revue Bleue et des auteurs qui y participent (et Laclavetine, jouant le jeu, écrit à Touzi Hamdane). Quelques exceptions : un poème de Stanislas Benhaïm, tendre et sincère et, surtout, un extrait de journal de Meziane Aftis où s’exprime une ironie mordante, inventive et rebelle. C’est bien avec cette matière-là (presque hors sujet parce qu’elle ne cherche pas à faire de la littérature) que Bleue construira son chemin. Les entretiens croisés (entre rappeurs français, kosovar et algérien) renforcent l’idée que la revue travaille plus un territoire social que littéraire malgré un dossier apéritif sur les

Bleue N°1 - 127 pages, 79 FF - Abt 4 N° : 295 FF
5, rue de Bondy 93600 Aulnay-sous-bois
bleuerevue@yahoo.fr

Bleue, avant de mûrir Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°30 , mars 2000.
LMDA PDF n°30
4,00