La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ma mère cette inconnue

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Thierry Guichard

Anna Streuvels

Illustration(s) de Lukasz Kurzatkowski
Editions Esperluète éditions

Elle s’appelait Anna Bronstein. Elle avait douze ans, des boucles châtain et des yeux bleus.« Elle vient d’arriver en garde d’Ostende, envoyée seule par sa mère, fuyant le nazisme. Eddy Devolder nous raconte sa vie en essayant de n’y mettre aucun pathos. Les faits suffisent. À Furnes, le notaire Streuvels, un ami de la famille, lui donne une nouvelle identité : elle sera sa nièce. Nouvelle maison, nouvelle vie et nouvelle langue : l’enfant souffre. Puis, la Belgique envahie, c’est chez la gouvernante que la jeune fille va s’installer et où il lui faudra rester cachée ; le notaire est exécuté. »Anna eut le sentiment qu’un invisible étau se resserrait.« 
À la fin de la guerre, Anna découvre la réalité des camps et l’extermination de sa famille et se sent  »confusément coupable d’avoir survécu« . De l’espoir de retrouver sa mère il ne reste rien :  »elle voulait se taper la tête contre le mur tellement elle enrageait d’avoir à souffrir cette tenaillante douleur« . Fugues. Sur la route elle rencontre un chauffeur de camion qu’elle épouse, qui lui donne un enfant mort cinq jours après. Un an plus tard, un autre garçon naît qui manque de mourir aussitôt :  »elle pensa que l’enfant était mort. Lorsque l’accoucheuse lui présenta un bébé gigotant et braillard, elle se dit que ce n’était pas le sien (…). On avait beau lui dire que l’enfant lui ressemblait, elle était persuadée qu’on lui demandait de jouer la comédie et elle s’exécuta.« 
La deuxième partie du livre s’écrit à la première personne du singulier. L’enfant, c’est lui, le narrateur. Enfant terrible qui, en mal de preuves d’affection, ne cesse de torturer sa mère. L’enfant va vivre chez sa grand-mère :  »Lorsque ma mère venait le dimanche, je la considérais comme une étrangère (…). La dernière fois que je l’ai vue, j’ai hésité à l’embrasser (…)."
Le texte s’écrit délicatement, avançant avec le narrateur dans un puzzle où manque la pièce essentielle. La rencontre avec le sculpteur Léo Wauters offre au jeune homme une nouvelle image de sa mère à laquelle est attachée la figure de Paul Celan. Et c’est la poésie, au bout de ce livre essentiel qui donnera l’accès au monde de celle qui manque.

Anna Streuvels
Eddy Devolder

Esperluète éditions
107 pages, 95 FF

Ma mère cette inconnue Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €