La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Temps incertain

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Gilles Magniont

Temps de cochon

C’est la truie qui a réveillé mon grand-père le matin où grand-mère est morte«  : l’incipit est pour le moins brutal. En lieu et place de Pig, le titre français (Temps de cochon) constitue une astucieuse traduction, qui annonce le fil conducteur du récit -à savoir Agnes, cette truie dont le jeune Danny va s’occuper avec obstination, une fois son grand-père placé en maison de retraite- en même temps que son ancrage géographique -une campagne anglaise dont on imagine aisément la grisaille et la pauvreté.
Certes, le soleil vient parfois à briller sur le narrateur, notamment lors de ses escapades amoureuses en compagnie de Surinder, Pakistanaise au joli nom. Mais les nuages ne tarderont pas à s’accumuler : entre égoïsme et alcoolisme, la cellule familiale se délite, le terrain où s’ébat Agnes est racheté par un parc de loisirs, la liaison avec une jeune indienne contrevient aux usages…
La recette ne dépaysera pas le lecteur. Pour la forme, discret réalisme social, linéarité d’un récit fait d’anecdotes suggestives, tranches du quotidien entrevues sans emphase ; pour le fond, message humaniste que dessinent en pointillés la dénonciation du racisme ordinaire comme la bienveillante figure des grands-parents.
Un air de déjà vu plane donc sur ce Temps de cochon, qui parvient toutefois à éviter les pièges du convenu. Si roman de formation il y a, la formation en question ne débouche ici que sur la fatalité des renoncements, et c’est de cette fatalité qu’émane la belle mélancolie des derniers chapitres : Surinder  »m’avait appris d’autres mots également, et j’ai essayé de me les rappeler, j’ai essayé de me souvenir de sa voix dans cette pièce, de tout ce qu’elle m’avait dit, de tout ce que nous avions fait. Je n’avais pas envie d’oublier."

Temps de cochon
Andrew Cowan

Traduit de l’anglais
par Roxane Azimi
10/18
244 pages, 47 FF

Temps incertain Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €