La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie La condition humaine

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Thierry Guichard

Avec des mots justes, la poésie de Jean-Luc Steinmetz montre la voie de la sérénité.En regardant la mort de face, comme seul horizon.

S’il y a dans le mot « sagesse » l’idée de connaissance que lui confère son étymologie, alors sagesse ne convient pas pour évoquer le nouveau recueil de Jean-Luc Steinmetz. Mais si la sagesse, dans une acception toute orientale, consiste à savoir qu’on ne sait rien, et à en accepter l’idée, alors sagesse pourrait faire comme un sous-titre à La Ligne de ciel. Les poèmes ici ont en effet une évidente clarté qui parfois les rapproche des haïkus dont cependant ils n’ont pas la forme. Face au monde, le poète fait preuve d’une étonnante sérénité, voire d’une porosité cristalline. À 60 ans, Jean-Luc Steinmetz fait rimer « voir » et « contemplation » et trouve dans la vie elle-même un bonheur aussi incommensurable que léger : « Penser/ que des jours ici se suivront/ n’éprouvant sur eux que le ciel/ fonde un bonheur./ Non que/ soient restituées nos formes, plus tard (nous le/ savons), mais elles/ furent témoins de l’étendue,/ grandies en elle. »
À cette confiance donnée à la nature et au temps fait écho, chose surprenante aujourd’hui en poésie, une confiance accordée aux mots. Dès le premier vers, Steinmetz jette aux orties les dogmes de la modernité (« Y aurait-il audace encore/ à nommer/ le moment juste/ où c’est de fleurs qu’il est question ») sans pour autant revêtir le costume à paillettes d’un vieux lyrisme. Il s’agit d’être homme à sa place d’homme, c’est-à-dire à la fois spectateur du monde et déjà en partance, c’est-à-dire face à l’éternité et malgré tout mortel. On n’est donc pas éloigné de la définition de la modernité selon Baudelaire. Il y entre plus d’humilité que de grandeur.
Ne « jamais douter de ces mots » c’est aussi « penser qu’en eux l’autre est présent/ qui ne s’appelle pas nécessairement l’homme ». C’est croire en la dimension spirituelle de la langue, c’est l’accueillir et lui donner, sans mégaphone, une voix. Ou un tombeau serein : le biographe de Rimbaud et de Mallarmé ne déclare-t-il pas : « C’est ainsi qu’écrire nous mène/ un jour/ à disparaître à notre place. » ? La juste place se trouve dans une langue pesée au trébuchet, en harmonie intime avec le souffle du monde où « la vérité des vagues/ se reprodui(…)t/ telle qu’en plusieurs siècles/ deux ou trois surent l’écouter ». Les mots ici chantent comme chantent les fins ruisseaux et non comme rugiraient de furieux torrents. Nous sommes suspendus dans le temps qui passe (sans que cela affole), suspendus à quelques notes de cette musique du détail qui trouve son expression dans une série d’Études, partie du recueil où, en vers, Steinmetz parle de quelques mots. Comme « Inutile vient/ comme une vérité./ S’il fallait trouver le mot,/ celui que plus tard on ne rejette pas,/ celui-là serait/ faisant toute justice. »
Expérience d’une limite humaine confrontée à la mort des proches, à l’approche de cette décrépitude des corps qui effraie, la poésie affronte cet horizon derrière lequel on sombre. Mais plutôt que de redouter la chute (la mort est l’ombre de chaque vers), le poète fixe son attention sur le « bleu initial » de la ligne de ciel. Comme un sage ? Ou comme un funambule qui redoute le vertige ?

La Ligne de ciel
Jean-Luc Steinmetz

Le Castor Astral
164 pages, 85 FF

La condition humaine Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €