La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Conjuration initiatique

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Béatrice Bénistant

Mon démon s’appelle Martin

Martin était le meilleur ami de Damien et voilà un an qu’il est mort ; depuis quelque chose cloche chez Damien : d’abord il n’arrive plus à pleurer et surtout Martin le hante toujours chaque soir, douloureusement.
Pour faire face à son désespoir, Damien fait comme si de rien n’était et il tente de se convaincre d’oublier ce drame comme le font ses parents qui l’ont envoyé en classe de neige afin de lui changer les idées. Là, le jeune garçon s’obstine à trouver « un meilleur ami de rechange » et il choisit Arthur parce qu’il ressemble à Martin. Mais il est difficile de devenir « un garçon fréquentable » quand on est aussi dérouté et qu’on n’a de cesse d’interroger ses camarades sur la mort de son ami.
Face à l’incompréhension de son entourage, ce sera en lui-même que Damien va devoir trouver les forces pour continuer à vivre en refusant la lâcheté et la résignation des adultes. C’est sur le chemin de cet apprentissage que l’auteur nous conduit avec, au bout du parcours, le courage de rompre le silence, offrant par là même une perspective au lecteur.
Une ambiance de colonie de vacances, des personnages bien peu héroïques, un vocabulaire parfois dérangeant, les techniques narratives d’Arnaud Cathrine rappellent celles de Chris Donner ou Christophe Honoré en plongeant le lecteur dans l’incertitude d’un adolescent qui n’a pas encore appris à biaiser avec lui-même. Ce jeune écrivain, qui a déjà publié deux romans aux éditions Verticales (Les Yeux secs et de L’Invention du père), sonde ici encore les tortures de l’absence. Si le deuil n’est plus un sujet tabou dans la littérature de jeunesse, ce texte implacable n’est pas un cataplasme édifiant sur la séparation.
Le roman ne donnera en effet aux lecteurs aucune clef pour comprendre : mais il est toujours salutaire de ne pas esquiver l’essentiel, quitte à nous laisser terriblement désorientés.

Mon Démon s’appelle Martin
Arnaud Cathrine

L’École des loisirs (Medium)
95 pages, 46 FF

Conjuration initiatique Par Béatrice Bénistant
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4.00 €