La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Mécanique des fluides

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Malika Person

Le « Journal d’un garçon » de Colas Gutman plonge dans l’univers intime d’un jeune adolescent en prise avec ses sentiments contradictoires.

À travers le journal de Paul, son jeune héros (ou anti-héros selon les circonstances), Colas Gutman invite son lecteur à découvrir l’impressionnante palette des émotions qui traversent la vie des adolescents. Ici les personnages secondaires manquent volontairement d’épaisseur. On y retrouve l’anxieux et l’inhibé (le sosie de l’animateur télé Julien Lepers, Karim), l’antisociale (la sœur du narrateur), la généreuse et égoïste (Nathalie Sicard, une élève de sa classe, amoureuse du narrateur), la manipulatrice (Lisa Tapir, une élève de terminale) dont le jeune lycéen de seconde tombe amoureux… fou. En complément de ce tableau impressionniste, teinté d’un zeste de tragédie grecque, Paul fait une critique aigre-douce de ses parents qu’il infantilise, avec pour point d’orgue son « insupportable » belle-mère.
Lorsque son demi-frère Cédric (dont il moque son adoration pour le feuilleton télévisuel « Miss Marple » ) découvre qu’il tient un journal intime, sa famille lui trouve un côté « pédé », comprendre féminin. Paul ne renie pas cette hypothèse ni ne l’épouse. Il est trop occupé à réfléchir à des stratégies d’approche de sa dulcinée, Lisa.
Colas Gutman campe son personnage dans un costume trop grand pour lui provoquant un effet comique. Sa gaucherie façon Woody Allen vaut parfois de francs rires. Paul change de look (il met des jeans slim qui malheureusement l’empêchent de mettre ses mains dans ses poches) ; il change d’attitude : « dans ma classe de seconde je fais une tête de terminale. Nathalie Sicard a dû s’en apercevoir, elle se retourne sans arrêt sur moi. Je suis distant et classe. » ; à la piscine, en voulant impressionner Lisa, il se fait remarquer par le maître-nageur : « Toi, le petit, maintenant tu sors de l’eau ! »
Tout au long de l’année scolaire, Paul renseigne son journal intime des petits riens de sa vie, de la fugacité de ses sentiments amoureux, de ses désirs, de ses hontes.
L’adolescent apparaît comme un être irréel, insaisissable, étranger à lui-même. Il cherche sans cesse les bonnes équations. Il est un élève moyen et s’y résigne mais en amour, il a de grandes ambitions. Il est décidé de parvenir à ses fins avec Lisa, c’est-à-dire, tout mettre en œuvre pour la séduire : il s’inscrit au même cours de théâtre, fréquente les mêmes magasins qu’elle… Au final, lui et Lisa n’égale rien du tout, sinon une relation amicale bancale qui ne convient véritablement ni à l’un ni à l’autre.
En revanche, Nathalie Sicard a, elle, bien avancé dans son entreprise amoureuse envers Paul. Son aplomb (elle s’impose littéralement à son camarade de classe en l’embrassant soudainement à pleine bouche, en lui imposant des rendez-vous) inspire Paul dans son approche de Lisa. Face à elle, il n’a désormais aucun complexe, au risque de sombrer dans le ridicule.
Il navigue à vue, n’a pas de plan de séduction, réfléchit a posteriori mais il observe intensément. Tout le monde y passe, son entourage scolaire, familial et amical. Paul juge et tire des conclusions. Il n’est finalement pas dupe des faux-semblants qui se jouent autour de lui, et celui dont il est lui-même acteur : sa romance entre lui et Lisa n’en est finalement pas une ; sa mère, infatigable globe-trotteuse et incorrigible curieuse reviendra les voir lui et sa sœur principalement pour leur présenter son nouveau compagnon ; son père est un homme finalement faible qui acquiesce difficilement à la naissance toute proche de son troisième enfant… Au fur et à mesure du récit, le lecteur voit la personnalité du narrateur se modifier par petites touches. Ses points de vue évoluent, il gagne en confiance et se prépare à affronter l’avenir.
L’écriture fluide et la tonalité légère du récit réussissent à dédramatiser les situations complexes et aussi de solitude dans lesquelles se trouve l’adolescent, faisant du « Journal d’un garçon » une lecture estivale idéale, délectable et « classe ».

Journal
d’un garçon

Colas Gutman
L’École des loisirs, « Médium »
147 pages, 8,50

Mécanique des fluides Par Malika Person
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95
6.50 €
LMDA PDF n°95
4.00 €