La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre L’écriture du chaos

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Laurence Cazaux

Liban, écrits nomades (tome 1)

Liban, écrits nomades (tome 2)

Au printemps 2000, neuf auteurs (1) ont voyagé pendant un mois au Liban, accueillis par la ville de Byblos. L’opération était initiée par le Festival international des théâtres francophones en Limousin et le Centre Wallonie-Bruxelles. Ces auteurs ont parcouru tout le pays, rencontré la haute société libanaise aussi bien que des réfugiés des camps palestiniens. Vingt ans de guerre empêchent de jouer au simple touriste. Chaque auteur semble avoir été profondément modifié par ce voyage. C’est ce qui ressort de ces textes. Carole Fréchette par exemple met en scène une jeune femme, Hélène. Elle a perdu son collier et le cherche dans tout Beyrouth. Elle se heurte à d’autres pertes, plus profondes : « J’ai perdu : regarde mon fils, ma fille, voilà le monde. Il t’appartient. Prends-le explore-le, transforme-le, fais en ce que tu voudras ».
Une histoire, réelle cette fois, mais très significative de la difficulté et en même temps de l’intérêt de cette opération, est citée par deux écrivains, Jean-Yves Picq et Mohamed Kacimi. Un théâtre de Beyrouth, en ruine, va finir comme restaurant ou café, avec pour nouveau nom : Le Paris. « Ses murs ont reçu tellement de tirs qu’ils sont devenus presque le mémorial de toutes les guerres de l’homme (…) C’est l’unique scène au monde qui donne une tragédie sans avoir besoin de dramaturge, de comédiens et encore moins de metteur en scène… » Mohamed Kacimi fait dire à un responsable de la culture face à la mort annoncée de ce théâtre : « Paix à son âme. On lui donnera à titre posthume la nationalité libanaise. Vous voulez que je vous dise, la vraie scène est ailleurs, la vraie comédie et la vraie tragédie, on la joue tous les jours… »
Sacré défi à relever pour ces dramaturges : retrouver la place essentielle du théâtre face au chaos du monde.

Liban, écrits nomades 1 et 2
Lansman
140 pages, 12,20 (80 FF)
chaque volume

1Volume (1) : Yves Laplace (son texte Kennel club est également publié chez Comp’Act, 74 pages, 80 FF), Robert Marinier, Jean-Yves Picq, Koffi Kwahule. Volume 2 : Carole Frechette, Éric Durnez, Joseph Kodeih, Mohamed Kacimi, Florent Couao-Zotti.

L’écriture du chaos Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €