La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Surface sociale

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Gilles Magniont

Jésus hermès congrès

Au neuvième chapitre de Jésus Hermès Congrès, il apparaît qu’à travers le personnage de Philippe Alibert, pitoyable écrivain s’exerçant à « l’auto-fascisation », imposteur recyclant la prose de Lucien Rebatet, il s’agit ici de stigmatiser certains plumitifs en vogue : ceux dont le talent et le succès se mesurent à l’aune du politiquement incorrect. Experts en « provocations pamphlétaires au goût pompier », ayant pour règle nécessaire et suffisante de « conchier la Pensée unique », ils s’entendent à « dire n’importe quoi de préférence, aller contre ce que l’on pense être la morale la plus largement partagée, y mettre les formes les plus vulgaires, et attendre la réaction des esprits moralisateurs ». On se figure sans peine la cible, on acquiesce. Mais la thèse ne justifie pas le roman, surtout lorsqu’il empile fiérot les stéréotypes d’une époque dont il prétend se distinguer. Faites votre marché : dans le fond, ça parle de musique techno, du malaise des cadres et des mornes partouzes, d’enculage et de « récit avorté » (pour conclure, l’auteur énumère en un ready-made bonhomme les éléments « qui avaient pu esquisser un temps le mirage d’une fiction à bâtir »…) ; pour la forme, c’est fin de siècle, savant (il y a un « puy » et une « parousie », des « rhingraves » et des « dolines »), kitch-illisible (décrivez après moi : « Jésus Hermès Congrès porte des Nike qu’il customise au moyen de pieds de lit Pompidou pivotants »), huysmansien en diable…
Allez, rien ne sert d’accabler celui qui, dans un ultime souffle, sait s’autoriser un aveu assez touchant : « Mais voilà, on ne va pas y passer dix ans. » Ben oui : quand on écrit des essais, qu’on donne des cours, qu’on travaille pour la presse et la télévision, il n’est pas toujours facile de dégager du temps pour écrire un premier roman. Si on arrive à le publier pour la rentrée, ce sera déjà bien.

Jésus Hermès CongrÈS
Jean-Yves Jouannais
Verticales
176 pages, 12,96 (85 FF)

Surface sociale Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €