La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le livre des vices

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Pascal Paillardet

La littérature pornographique est la maîtresse assidue et castratrice du vice. Si elle se délecte de la débauche sexuelle, elle ignore la dépravation morale ou la cruauté psychologique. Il faut donc à l’écrivain beaucoup d’aplomb, de talent et de fantaisie -à défaut d’expérience- pour célébrer le vice sans le restreindre à la seule perversité charnelle. Auguste Corteau ne manque pas d’aplomb. Il y a du sang, du foutre et des larmes dans les cinq nouvelles de son Livre des vices ; c’est un vrai pot-au-feu. Auguste Corteau touille là-dedans avec un plaisir évident. Sous la férule tutélaire du Marquis de Sade, et l’anonymat d’un pseudonyme adopté en hommage à la culture française, cet écrivain grec de 26 ans décrit crûment les déviances sexuelles, anthropophages et nécrophiles. Intraitable, il prend soin d’ignorer les poncifs de la littérature pornographique pour explorer, dès son premier ouvrage publié, la « ménagerie infâme » (Baudelaire). Si ce recueil attire par son incorrection revendiquée, on lui reprochera peut-être l’absence de saillies humoristiques et vicelardes.

Le Livre des vices
Auguste Corteau
Traduit du grec par Caroline Nicolas
Le Serpent à plumes
156 pages, 18 (118,07 FF)

Le livre des vices Par Pascal Paillardet
Le Matricule des Anges n°37 , décembre 2001.
LMDA PDF n°37
4.00 €