La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Le carnaval infernal de Melo

décembre 2001 | Le Matricule des Anges n°37 | par Anne Riera

Née avec l’école de la littérature urbaine au Brésil, Patrícia Melo brosse un portrait sans concession de la ville de Rio. Un chaudron livré à la violence, la drogue et la corruption, sous l’oeil affamé des caméras.

Devant les caméras du monde entier, des gamins, Nike aux pieds et mitraillette en bandoulière, narguent l’objectif. Ils ont quinze ans, ils sont trafiquants de drogue, ce sont les maîtres des favelas de Rio. Petit Roi voudrait être comme eux, un cow-boy respecté, craint, aimé aussi. Un héros de fait divers. Il n’a pas dix ans et appartient déjà à un gang ; il surveille pour ses aînés l’entrée de la favela. Sa mère Alzira est domestique, son père, alcoolique, dort quelque part dans la ville sous un tas de cartons. Petit Roi, lui, ne veut pas de ce destin de misère taillé sur mesure. Il sèche l’école malgré les coups, les cris, les suppliques désespérées de sa mère. Il va gravir les échelons, les uns après les autres, tuer pour faire ses preuves, devenant livreur, puis soldat, avant de prendre la tête du trafic local. Autour de lui, navigue et chavire une foule de personnages, cafetier, prêtre, D.J., prostituée, petites frappes et fausses bourgeoises… Petit Roi les connaît tous. Il sera leur héros et leur tyran, élevant des temples, punissant les traîtres, obéissant à des codes obscurs, issus d’un autre âge, oeil pour oeil et dent pour dent.
« Soleil, poux, magouilles, braves gens, lambeaux, mouches, télévisions, usuriers, soleil, plastique, tempêtes, toutes sortes de débris, funk, soleil, ordures et escrocs infestent l’endroit. » Dès les premières lignes de Enfer, on est immergé dans le bidonville de Rio. La phrase est saccadée, énumérative ; l’auteur, Patrícia Melo, veut tout dire, les bruits, les odeurs, les couleurs, les habitants. Le rap rythme ce roman total qui dit la favela dans une explosion d’images polyphoniques, qui dit, dans un fourmillement de personnages, l’exclusion et l’illusion d’en sortir par le fracas des armes. La violence est partout. Celle du trafic de drogue, celle de la pauvreté, celle aussi d’un terrible déni d’existence quand, ici, corruption et hypocrisie font office de politique sociale.
Grandeur et décadence d’un gamin de Rio, Enfer avance sur un fil tendu entre la farce tragique et le drame grotesque. Après O Matador et Éloge du mensonge (qui vient d’être réédité en poche dans la collection Babel), c’est le troisième roman traduit en France de Patrícia Melo. Ni roman social, ni western, Enfer est le roman d’une ville en proie à ses démons qui, ne trouvant aucune issue, choisit de s’avachir devant les telenovelas. Explications, dans un français mélodieux.

Comment pourrait-on qualifier votre roman ? Est-ce une tragédie moderne, un roman noir, un roman initiatique ?
J’ai beaucoup de mal à étiqueter ce que j’écris. Ce qui est sûr, c’est que je n’aime pas l’étiquette de roman policier qu’on m’a collée dès mon premier livre Acqua Toffana (paru en 1994 et pas encore traduit en France, ndlr). Je trouve que ma littérature ne s’encombre pas des définitions que l’on peut appliquer au roman policier anglais ou américain. Ce qui m’intéresse, c’est l’aspect psychologique des personnages et...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°37
4.00 €