La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Sigila

juin 2002 | Le Matricule des Anges n°39 | par Dominique Aussenac

Sigila N°9

Que peut-il y avoir de commun entre marranes, morisques (juifs, musulmans convertis de force au catholicisme) initiés afro-brésiliens, républicains espagnols réfugiés en France, Mallarmé, Philippe Jaccottet, Nino Júdice et une surréaliste schizophrène ? Non pas le goût du secret, mais l’obligation de le préserver. C’est ce qu’analyse le dernier et transdiciplinaire numéro de Sigila. Le mot secret vient du latin « secernere », trier, séparer, mettre à part, le terme ségrégation, séparer du troupeau lui est apparenté. Le porteur d’un secret est coupé de la masse, et se regroupe dans une micro-société pour en assurer la conservation. La contribution la plus remarquable de ce brillantissime numéro est due à la psychanalyste Lya Tourn qui démontre comment le secret passe outre les injonctions de la cure psychanalytique dans une dictature. En parallèle, elle explique comment les premiers secrets de l’enfance permettent d’accéder à l’altérité et ce grâce aux premières expériences anales (garder/donner) et orales (manger/cracher). Dans la préface, l’historienne Madeleine Rébérioux recommande aux acteurs de la vie civique de toujours exiger la transparence de notre société.

Sigila No9, revue franco-portugaise sur le secret 238 pages, 15, 25 (21, rue St-Médard-75005 Paris)

Sigila Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°39 , juin 2002.