La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La voix du sang

septembre 2002 | Le Matricule des Anges n°40 | par Laurence Cazaux

La Mort du roi Tsongor

Dramaturge et romancier, Laurent Gaudé a déjà publié cinq pièces de théâtre et un roman, Cris, sur la guerre de 14-18. Son deuxième roman, La Mort du roi Tsongor, parle d’une guerre ancestrale. Le lecteur est plongé dans l’empire du roi Tsongor. Le roi doit marier sa fille, Samilia. Mais la veille des noces, un deuxième prétendant surgit à la tête d’une armée de nomades.
Sentant renaître le spectre de la guerre, Tsongor se tue, espérant que ses funérailles arrêteront la machine infernale qu’il connaît bien pour avoir été un redoutable guerrier. Avant de mourir, il demande à son plus jeune fils de partir dans tout le royaume, construire sept tombeaux pour dire ce que fut son père.
Nous sommes dans un récit des origines. Le lecteur pense bien sûr à la Guerre de Troie, à Thèbes, à Antigone et ses frères ou à Œdipe sur la route d’Henry Bauchau. Une même qualité de souffle épique procède de ce roman de Laurent Gaudé.
L’écrivain questionne le sens de la transmission d’une vie. Il s’interroge aussi sur l’impossibilité à saisir tous les visages d’un homme et ce, même sans occulter sa part d’ombre, de honte ou de défaite. Ainsi, un tombeau sur les sept sera consacré au tueur Tsongor. Gaudé questionne aussi la part féminine que chaque homme porte et cache en soi. Samilia, c’est comme la part sacrifiée de chaque guerrier.
Les images de Laurent Gaudé percutent notre imaginaire. Nous voyons un cadavre pleurer, un homme dont les dents restent rouges à jamais de folie meurtrière. Le personnage de Katabolonga, porteur du tabouret d’or de Tsongor, qui possède la mort du roi et qui parle tout au long du roman avec son cadavre est une figure magnifique.
À la fin du roman, il reste un homme, le dernier fils du roi Tsongor et sa sœur errante sur les chemins. Tout peut donc commencer…

La Mort du roi Tsongor
Laurent Gaudé
Actes Sud
206 pages, 15,90

La voix du sang Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°40 , septembre 2002.
LMDA PDF n°40
4.00 €