La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les rives de l’errance

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Thierry Cecille

Lisons attentivement, lentement, délicatement, dégustons ces six nouvelles de Dimitri T. Analis : c’est ainsi que nous en découvrirons les reflets et diaprures -de la fantaisie discrète à la secrète nostalgie. Chacune poursuit un but différent et parvient pourtant à construire un univers exactement cerné, maîtrisé -L’Autre Royaume étant celui de l’imaginaire profus, se jouant du temps et de l’espace. La plus longue de ces nouvelles, « Des ailes trop grandes », nous offre ainsi, à l’image de ce que Michon a pu tenter dans certains de ses récits, une sorte d’autobiographie rêvée, recomposée et sensible, du Greco, de sa Crète natale à la neige de Tolède. C’est une découverte progressive de la beauté, et des moyens de s’en approcher : il lui faudra renier l’orthodoxie, « religion de solitude et de déchéance » -mais également passer outre la splendeur vénitienne et son « obsession du drapé ». C’est au terme de son itinéraire -spatial et spirituel- qu’il apprendra que « la boue de ce monde, qui un jour nous avalera tous, était pétrie de lumière ».
Un autre exilé grec, dans « L’Habit vide », commettra une démesure à sa mesure -il est tailleur !- en devenant l’associé d’une des maisons les plus célèbres de Saville Row. Il subira alors la suspicion et l’envie ; mais peu lui importe, il taille pour Sir Francis Fowler une cape mystique : « la cape n’enveloppait pas les épaules du vieux général, elle le soulevait, le hissait au-dessus du plancher (…) Sir Francis leva le regard vers la grande psyché et vit un disque blanc et lumineux briller au-dessus de sa tête. » Nous attendent également « Le Peintre-apprenti-du-temps » dont l’Empereur accepte d’attendre l’œuvre jusqu’à sa mort -ou encore le surréaliste Delvaux, qui, confronté à la fatuité télévisuelle d’un interviewer, devient peu à peu transparent ! Plus mélancolique, « Celia ou The Golden sixties », clôt le recueil sur l’esquisse d’une sirène inaccessible, un autre « être de fuite ».

L’Autre Royaume
Dimitri T. Analis
La Différence
155 pages, 15

Les rives de l’errance Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €