La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français J’ai tué mes textes

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Maïa Bouteillet

J’ai tué mes textes

J’ai tué mes textes. Les ai étranglés de mes mains blanches privées du sang d’Espagne. Je suis de la lignée des Livides. De ceux à qui les plus lointains ancêtres de la plus lointaine Castille ont noué les veines, afin que leur corps ne prétende qu’aux épousailles des pierres./ Mon sort est de briser les pierres ; de goûter la science du soleil et que fonde mon sang glacé./ Dans l’eau, les yeux, les doigts, les seins des femmes sont violacés./ Oui, c’est ça… Saigne !" Pauline impose d’emblée une écriture où l’émotion s’allie à la destruction, en un rythme effréné où chaque image est menacée de sa propre disparition. C’est un paysage mouvant où toute pensée connaît son contraire, toute approche de la réalité une faille, une blessure. Premier texte publié (on signalera un autre dans La Polygraphe N°24/25/26), J’ai tué mes textes est remarquable de spontanéité et de violence. C’est une authentique et belle méditation qui sait dresser des figures et lieux légendaires pour mieux les abattre à coups d’une souffrance personnelle, mystérieuse. Inouïe.

J’ai tué mes textes
Pauline
Farrago/Léo Scheer
36 pages, 8

J’ai tué mes textes Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €