La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Corps à prendre

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Benoît Broyart

À l’instar d’un Pedro Almodovar, et c’est sans doute le seul point commun de leurs univers, Findley semble connaître parfaitement la psychologie féminine. Il possède en tout cas le don de construire un texte qui sonne si juste qu’on pourrait croire ce dernier écrit par une femme. Avec Les Robes bleues, Timothy Findley, décédé l’année dernière, referme un cycle d’écriture composé de onze romans (dont huit sont traduits en français). Si dans quelques-uns de ses textes, Le Chasseur de têtes et Pilgrim entre autres, le trouble mental amène le récit à déborder vers le territoire fantastique, une autre part de son œuvre demeure bien plus intimiste, parfois à la limite du « sentimental ». Les Robes bleues appartient à ce second courant.
En compositeur subtil, le Canadien met en place ici une grappe de personnages évoluant autour d’un couple à la dérive ; ils sont autant d’échos à la détresse conjugale occupant le centre du récit. Chapitres courts et très visuels, nombreux dialogues, la voix du Canadien porte le lecteur, même si Findley a déjà foré beaucoup plus profond dans l’exploration de la folie. On suit la dérive de Jane et Griffin, couple vivant à la fin des années 90 à Stratford-sur-Avon, ville de l’Ontario où se déroule tout au long de l’année un grand festival de théâtre. Griffin, acteur, est prêt à tout pour obtenir les rôles qu’il convoite…
Les Robes bleues semble parfois atteint d’une sorte de « dérive hollywoodienne » qui risquerait, si elle contaminait l’ensemble du texte, d’invalider la totalité du roman. Heureusement, Timothy Findley parvient à préserver de belles poches de doutes et des fractures qui permettent de ne jamais franchir cette dangereuse limite.

Les Robes bleues
Timothy Findley
Traduit de l’anglais (Canada)
par Sylviane Lamoine
Le Serpent à plumes
420 pages, 22

Corps à prendre Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6.50 €
LMDA PDF n°43
4.00 €