La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Goll sort de l’ombre

mai 2004 | Le Matricule des Anges n°53 | par Emmanuel Laugier

Europe N°899 (Yvan Goll)

Europe met à l’honneur le poète Yvan Goll, né dans les Vosges en 1891 et mort à Neuilly en 1950. Poète du dernier expressionnisme, qu’il réforme par une poésie proche du cinéma d’alors, intime jusqu’à sa rupture avec Breton du cercle surréaliste, ami des peintres (Léger, Delaunay, Chagall), son nom sera attaché à une sale affaire de plagiat, après son décès, qui fit grand bruit. La veuve Goll accusera Paul Celan de s’être trop inspiré dans Pavot et mémoire (1952) du livre posthume de son mari L’Herbe du songe. La charge ridicule blessa profondément Celan, et le persuada d’une cabale à son encontre dictée par certains critiques antisémites allemands. Jean Bertho, à qui l’on doit ce salutaire numéro, rappelle toute l’affaire avec précision. En « réhabilitant » ici Goll, le souci premier est de redonner à penser le rôle que joua le poète dans les lettres franco-germaniques. Rappelons qu’il fut interdit dès 33 en Allemagne, dont il abandonna la langue pour le français. Si son inspiration suit les bouleversements techniques des temps modernes, ses poèmes, marqués par la tradition juive, usent d’une narration cryptée de symboles, de références géographiques et culturelles. La fluidité de son hermétisme le sépare ainsi de la complexité cassée propre à la syntaxe de Celan. C’est ce dont témoigne l’anthologie proposée et, notamment, le superbe Triptyque vénitien : « est revenu le samedi soir/ Mais dans la cendre et dans le poivre/ Grésillent les ongles noirs d’Abraham Lef ».

Europe N°899 368 pages, 18,30 (4, rue Marie-Rose 75014 Paris)

Goll sort de l’ombre Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°53 , mai 2004.
LMDA papier n°53
6.50 €
LMDA PDF n°53
4.00 €