La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur L’ardeur d’ailleurs

mai 2004 | Le Matricule des Anges n°53 | par Philippe Savary

Docteur en philosophie et grande lectrice de langue allemande, Jacqueline Chambon tient la barre de sa maison d’édition depuis 1987 sans que jamais soit assouvie sa soif de découverte de voix étrangères.

De sa voix douce, elle dit : « Je n’aurais pas dû être éditrice mais plutôt critique. Je ne suis pas une bonne vendeuse. » On peine à la croire, tant la fraîcheur de ses enthousiasmes est intacte. Elle feuillette son catalogue, s’arrête sur quelques noms, ceux de la nouvelle génération, comme Helmut Krausser ou Sibylle Berg : « En voilà une qui décrit magnifiquement les villes allemandes le dimanche après-midi ». Puis évoque le roman de son « dernier » Russe, Oleg Ermakov, qui lui rappelle Le Retour, film âpre et beau issu des mêmes horizons sauvages, récent Lion d’or à Venise.
Tête chercheuse en littérature étrangère, traductrice polyglotte, Jacqueline Chambon parcourt l’Europe des lettres (particulièrement les domaines allemand, russe et catalan) avec une insatiable curiosité. Ancienne d’Actes Sud, elle a fait découvrir aux lecteurs français la sulfureuse Elfriede Jelinek ou le grinçant Quim Mónzo ; a sorti des oubliettes des classiques allemands Stifter, Werfel, ou encore von Keyserling, grand prince viscontien des destins déchus ; promu Sergi Pàmies et la littérature roumaine. L’éditrice publie également des essais sur l’art contemporain (la collection « Rayon art », lieu de débats, est confiée à Yves Michaud), sur la philosophie, des livres de photographies. En 2001, elle s’est rapprochée d’Actes Sud mais aussi du Rouergue avec qui elle coédite maintenant deux collections « Les Incorrects » (sujets de société) et « Nouvelles du monde » qui abrite le genre court.
On ne sera donc pas surpris d’apprendre que l’éditrice nîmoise, née en 1938, n’a pas « le souvenir d’avoir existé sans lire ». Fille unique à l’enfance ennuyeuse ( « j’étouffais dans cette ville, j’ai passé mon temps à voir mes parents acheter un frigo » ), elle tentera de guérir par une boulimie de lectures. À 15 ans, elle rêve de partir en Afrique, « comme le bon Docteur Schweitzer ». À 18 ans, elle suit le premier mari venu, en quête de pétrole. Elle vivra une année en Angola. Retour dans le Midi, second mariage. « Je n’avais pas besoin de gagner ma vie. C’est un luxe ». Elle reprend ses études (de philo) à Montpellier, puis décroche son doctorat sur Adorno à la Sorbonne. Soit un parcours qu’elle juge « un peu compliqué ». Son goût pour la littérature allemande, elle le doit à la philosophie. Elle lit et relira Musil, Gombrowitz et Les Affinités électives de Goethe, « l’un de mes grands livres ».
Jacqueline Chambon a l’esprit combattant, mais pas « l’humeur batailleuse » et fait sienne cette formule : « Écrire c’est le désir, lire c’est le plaisir ». Rencontre (très enrhumée) dans un Paris pluvieux, au pied d’une monumentale toile du peintre nîmois Alain Clément.

Vous avez appris votre métier d’éditrice chez Actes Sud. C’était dans quelles circonstances ?
Après ma thèse sur Adorno en 1975, j’ai participé à une émission de radio/télévision qui s’appelait « Les Français aiment lire » et qui parcourait la France entière à la recherche de...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°53
6.50 €
LMDA PDF n°53
4.00 €