La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le désir d’abstraction

juin 2004 | Le Matricule des Anges n°54 | par Emmanuel Laugier

Figurations de l’image

Révélée au début des années 70 (elle est née en 1937) par la maison d’édition Orange Export Ltd., et presque immédiatement reconnue par sa propre génération, le travail poétique d’Anne-Marie Albiach inaugure, par un vers dispersé sur la page, la tentative de fiction de ce qui se « situe au-delà de la Voix », selon ses propres mots. Ce sera encore ce qu’endure son nouveau livre, Figurations de l’image. Marquée par Edmond Jabès, surtout par la sobriété avec laquelle il pose la question du Livre et, sans doute, par André du Bouchet, pour le travail si précis sur l’espace physique de la page et de sa respiration, Anne-Marie Albiach s’en distingue néanmoins en interrogeant l’entrecroisement et les trames multiples du discours que le poème forme en avançant dans sa propre matière langagière.
Poète peu prolixe, aux livres rares et lentement construits, traductrice de Zukofsky, sa « nouvelle ouverture d’un lieu » (Jabès) sera celle de la « force d’abstraction du poème ». Toutefois, elle n’a jamais cessé de parler de l’écriture comme d’un corps, un corps qui chute ou disparaît, ou s’étend. Mais elle « opère au scalpel dans un lexique dégraissé » (Jean Frémon)*, elle évite que la théâtralisation du corps, de l’écriture, s’épanche et en dise de trop. Figurations de l’image continue à dessiner l’espace contradictoire et réservé d’un théâtre de la Voix, espace d’où elle peut s’élever d’avoir été interdite, coupée par ses syncopes. Sans nier une dimension mystique, cette poésie, tendue comme une géométrie, contourne l’évidence du dire, pour toucher dans les mots l’ « éblouissement/ circonscrit ou aléatoire de la récidive et l’air/ s’irradie : bouche fermée. »

* la revue CCP lui a consacré un dossier dans son N°5/2002.

Figurations de l’image de Anne-Marie Albiach
Flammarion, 106 pages, 15

Le désir d’abstraction Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°54 , juin 2004.
LMDA PDF n°54
4,00 €