La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Le goût des mots

octobre 2004 | Le Matricule des Anges n°57 | par Laurence Cazaux

Je m’appelle pas Shéhérazade

C’est une démarche originale qui préside à la collection « Urgence de la jeune parole », riche déjà de 13 pièces coéditées par le Théâtre de la Digue à Toulouse et les éditions Lansman. Chaque année, un atelier est mené sur la ville de Toulouse, Castres (depuis 2002) et Cahors depuis cette année. Il s’agit de faire travailler durant toute une saison un auteur, un metteur en scène et un groupe d’adolescents âgés entre 15 et 19 ans. Après Françoise Du Chaxel, Catherine Zambon, Ahmed Kalouaz, Alain Gautré, Bruno Ruiz, Ricardo Montserrat, Éric Durnez et Valérie Deronzier, c’est au tour de Sylvie Chenus et de Natacha de Pontcharra de se prêter au jeu. Elles ont composé ces deux nouvelles pièces à partir des paroles de tous les jeunes participants aux ateliers.
Comment dire est un hommage à Beckett. Dix participants vont essayer de trouver les mots pour Ada et Il, menacés de silence. Trouver les mots d’ailleurs, les mots d’amour, les mots inventés, les mots pour se raconter. C’est un bel hommage à la langue, même s’il est parfois un peu maladroit. Il oblige à un travail de chœur rigoureux pour les adolescents qui veulent se frotter au texte. Natacha de Pontcharra traite elle aussi de l’amour des mots. Elle fait se rencontrer une fille et un garçon. La fille a écrit cinquante-trois premières pages de roman mais elle bloque pour trouver la suite. Lui justement, en tant que lecteur, n’a pas souvent dépassé les premières pages de n’importe quel livre. Il insiste pour lire ses premières pages à elle, les mots vont commencer à s’incarner sur scène.
Ces deux ateliers ont dû constituer de belles aventures humaines et théâtrales. Les publications sont là pour en témoigner. Espérons qu’elles puissent donner, elles aussi, le goût des mots à d’autres adolescents.

Comment dire de Sylvie Chenus et Je m’appelle pas Shéhérazade de Natacha de Pontcharra
Lansman, 52 et 72 pages, 8 chacun

Le goût des mots Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°57 , octobre 2004.
LMDA papier n°57
6.50 €
LMDA PDF n°57
4.00 €