La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue À l’aube du surréalisme

novembre 2004 | Le Matricule des Anges n°58

La Nouvelle Revue nantaise N°4

Jean Sarment correspondances à l'aube du surréalisme

Tous affichaient des airs d’avant-garde : l’un portait une grosse canne (pour ressembler à Balzac), l’autre un pantalon moulant et la lèvre dédaigneuse, un troisième soignait son dandysme et maniait l’humour… Ils étaient quatre, nés entre 1895 et 1897, jeunes poètes en colère, anarchistes, unis par leur passion des arts et des lettres et qui rêvaient de démolir puis conquérir le monde. Réunis au Lycée de Nantes, Jean Sarment, Jacques Vaché, Eugène Hublet et Pierre Bisserié constituaient ce Groupe des Sârs, en quête d’un Esprit nouveau. Ils testèrent l’écriture automatique, les traits d’esprit, le coq à l’âne et les liqueurs rares. C’est cette aventure collective et « potachique », annonciatrice de lendemains subversifs que La Nouvelle revue nantaise retrace sous le titre « Jean Sarment, correspondances à l’aube du surréalisme » colligeant lettres, dessins, poèmes jusqu’à lors inédits. Le Groupe de Nantes naquit officiellement en février 1913 avec En route, mauvaise troupe…, journal polycopié « reproduit au moyen d’un système de gélatine fondue et refroidie » qui fit grand bruit… jusqu’à Paris. Puis créa une seconde revue Le Canard sauvage, avant que la guerre n’éclate. Hormis Sarment qui fit une très belle carrière au théâtre et qui ressuscita l’histoire éphémère du mouvement par ses écrits, le reste de la bande connut la tragédie. Sur le front de Somme (Hublet), d’une surdose d’opium (Vaché), ou d’une mort mystérieuse (Bisserié).

La Nouvelle revue nantaise N°4, 222 pages, 30 (Éditions MeMo)

À l’aube du surréalisme
Le Matricule des Anges n°58 , novembre 2004.
LMDA papier n°58
6.50 €
LMDA PDF n°58
4.00 €