La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Apparitions de Clint

juin 2005 | Le Matricule des Anges n°64 | par Françoise Monfort

Le Complexe de madame réalisme

J’essaie de m’en laisser conter ». Il y a quelque chose d’émouvant chez un auteur contemporain à avouer son addiction au conte de fées. Il était une fois la vie, l’amour, la mort… Rien ni personne ne semble y échapper dans ces nouvelles très inégales publiées entre 1982 et 2002. Même la télévision, entité à mi-chemin entre compagnon de vie et colocataire télécommandé, lui raconterait elle aussi des histoires. Mais, à l’image de madame Réalisme qui apparaît plusieurs fois dans son recueil, Lynne Tillman ne croit pas toujours à ses croyances. Déroutant. Voire décourageant pour le lecteur égaré entre rêve et réalité. L’influence déclarée de Lewis Carroll peut aider parfois à surmonter l’impression de chaos qui domine. Quand madame Réalisme se rend à un dîner où « L’un des hommes est déprimé ; deux de ses maîtresses font partie des invités. Il se prend pour Kierkegaard », on pense aussi à Woody Allen. Dans ce labyrinthe d’interprétations oniriques façon psychanalyse à Manhattan, monologues de personnages et fragments de journal intime, une scène parvient cependant à convaincre : la rencontre (réelle ou fantasmée ?) avec Clint Eastwood dans un bal costumé. Elle, en habit de son « névrosé de père ». Lui, on ne sait pas. « Silencieux, réservé, il me troublait autant qu’une nature morte. L’esprit de décision lui-même est impassible, comme la mort. Pour moi, Clint incarnait l’homme ». Du tangible, du charnel presque, madame Tillman dont c’est ici la première traduction se découvre enfin. Sans la faire renoncer pour autant au prince charmant, il faudrait lui suggérer de traverser définitivement le miroir.

Françoise Monfort

Le Complexe de madame Réalisme
Lynne Tillman
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Aurélia Lenoir,
Le Dilettante, 286 pages, 20

Apparitions de Clint Par Françoise Monfort
Le Matricule des Anges n°64 , juin 2005.