La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Damnées de la terre

juin 2005 | Le Matricule des Anges n°64 | par Dominique Aussenac

Issu en 1908 d’une famille aisée d’un petit village de montagne de la Corée du Sud, Kim Yu-Jong, orphelin très tôt, n’aura de cesse, après des études universitaires bâclées, de mener l’existence des plus pauvres. Vagabond, il vivra au milieu de paysans misérables, fréquentera les deulbyong’i, marchandes d’alcool ambulantes et écrira une trentaine de nouvelles avant de mourir de la tuberculose en 1937. Une dizaine d’entre elles regroupées ici montre les relations qu’entretiennent les paysans avec encore plus déshéritées qu’eux, leurs épouses. Battues, prostituées, délaissées, ces dernières ne paraissent jamais à court de ressources pour survivre. Il faut toutefois faire attention quand on les bat, à ne pas les tuer ou à trop gâcher la marchandise. Si Kim Yu-Jong, avec beaucoup d’humour, dénonce la bêtise crasse des paysans, êtres grotesques, vils, amoraux, il démontre aussi, sans jouer les idéologues, qu’ils sont acculés à ces pratiques par un système qui les exploite. L’écrivain coréen ne se départ pourtant jamais à leur égard d’une immense tendresse fraternelle. Le monde obscur, terrible, balayé par la pluie qu’il dépeint, prend des allures de somptueux chant populaire. Son écriture attachante, poétique, vive, contrastée, apparaît comme résolument moderne. « Et moi qui m’étais jamais rendu compte qu’elle avait quinze cents wons dans le ventre, cette conne ! Tout compte fait, elle vaut plus que moi ! »

Dominique Aussenac

Une averse de Kim Yu-Jong
Traduit du coréen par Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet,
Zulma, 150 pages, 8

Damnées de la terre Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°64 , juin 2005.