La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre En bref

octobre 2005 | Le Matricule des Anges n°67 | par Laurence Cazaux

Little boy la passion

Une didascalie ouvre la pièce de Jean-Pierre Cannet : « On ne sait pas si c’est le jour ou la nuit parce qu’on ne sait pas s’il fait jour ou nuit dans le cœur d’un homme. J’aimerais que la lumière provienne parfois de l’intérieur de la bouche (de George Kane, ndlr). Et s’il ouvre sa chemise, qu’il se mette à venter plus fort. » L’histoire est celle de George Kane, l’un des pilotes de l’équipage qui a lancé la bombe sur Hiroshima. À cet instant précis, George Kane tombe amoureux fou de Ginko, une jeune femme qui scrute l’avion depuis la terre, à qui le pilote crie de s’enfuir. Depuis, George se fait appeler du nom de la bombe, Little Bob et casse systématiquement les verres de ses lunettes pour avoir des yeux étoilés, des yeux d’après la bombe.
La pièce est une fêlure, elle cherche à questionner le fait d’être un homme, même au moment de commettre l’irréparable. Il y a quelque chose de feutré dans le texte, dû à la succession de voix intérieures. Quelque chose de mental plus que de charnel qui fait de la pièce un drôle d’objet à saisir.

Little boy la passion
de Jean-Pierre Cannet
Éditions Théâtrales, 56 pages, 11

En bref Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°67 , octobre 2005.
LMDA papier n°67
6.50 €
LMDA PDF n°67
4.00 €