La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Champs libres

octobre 2005 | Le Matricule des Anges n°67 | par Emmanuel Laugier

Quatrième titre de Frédéric Forte, Opéras-minute est un livre aussi intrigant que revigorant. Il intrigue d’abord par sa référence à des opéras, chacun étant contenu dans la minute de chaque page. Mais surtout, ensuite, par la mise en scène que chacune d’entre elles force à même les mots par un jeu constant et savant de variations typographiques. Chaque texte est systématiquement délimité par une verticale noire : rideau de scène, frontières entre voix off et voix in, délimitations entre variations et poèmes définitifs, coulisse « garantissant, dit l’auteur, l’intégrité de la forme, quelles que soient la quantité et la disposition des signes utilisés. » Toutes ces hypothèses élaborent la matière interrogative de notre lecture. La seconde partie se distingue par l’utilisation constante de formes fixes. Frédéric Forte est un oulipien convaincu. Il se sert autant, mais toujours par le jeu déployé d’une structure-poème graphique, du chant royal que du pantoum, du limerick que du haïku, de la neuvine, du onzain hétérogrammatique que du poème algol classique, etc. On est face à de petites mécaniques horlogères où les voix s’enchevêtrent, font des pauses, reprennent, comme s’il s’agissait de régler les régimes internes du poème. Les amateurs de poésie à contraintes, comme ceux de poésies spatiales et typographiques, s’y retrouveront. Mais si ces Opéras-minute sont aussi revigorants, c’est que leurs opérations parviennent à créer des micro-narrations. Si elles sont parfois déceptives dans leur logique, on comprend qu’il est question là d’intégrer tous les matériaux d’un langage commun à des espèces d’espaces.

Opéras-minute de Frédéric Forte
Théâtre typographique, 128 pages, 17

Champs libres Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°67 , octobre 2005.
LMDA papier n°67
6.50 €
LMDA PDF n°67
4.00 €