La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Avec la langue Au pays de Charlie

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Gilles Magniont

Comment tourner sa langue dans le sens du vent (en semaine, le week-end).

Habitants du pays de Voltaire, de Philippe Val et de la Liberté d’Expression : sachez qu’en ces contrées l’expression est à ce point libre que son expansion ne connaît (presque) plus de bornes. Tout le temps il y a des mots nouveaux, tout le temps ces mots viennent ouvrir l’esprit et enrichir l’éducation des bambins leur Éducation Civique, notamment. Par l’entremise de cette discipline, les élèves des écoles primaires peuvent désormais ouvrir leur manuel au chapitre « développement durable » ; à charge pour leurs parents de leur faire alors réciter le visage rayonnant de l’« écocitoyen » (« individu qui s’implique dans la vie de la société et dans la préservation de la société ») avant de leur faire toucher du doigt sa lumière (« Que peux-tu faire aujourd’hui pour éviter les feux de forêt ? Que peux-tu faire aujourd’hui pour limiter la pollution atmosphérique ? Que peux-tu faire dès cette semaine pour limiter la pollution par les sacs plastiques ? »).

Habitants du pays de Voltaire, de Philippe Val et de la Liberté d’Expression : sachez encore qu’en ces contrées cette liberté de l’expression ne s’arrête que là où commence l’offense. Parfois il y a des mots qui blessent, parfois ces mots viennent obscurcir l’esprit : il faut alors appliquer la loi. Le parlementaire Christian Vanneste avait parlé d’une « infériorité morale et sociale du comportement homosexuel par rapport au comportement hétérosexuel qui conduit au mariage et à la procréation » ; il vient en conséquence d’être condamné à 3000 d’amende pour « injure » envers les homosexuels.

Habitants du pays de Voltaire, de Philippe Val de la liberté d’Expression : peut-être un doute vous étreint-il, peut-être votre gorge se noue-t-elle et les expressions d’en sortir malaisément. Car enfin, ces raffinements taxinomiques inculqués aux enfants, ces feux de forêt et ces sacs plastique… Car enfin, cette extension soudaine du domaine de l’injure, ces tribunaux qui sanctionnent des jugements… N’y aurait-il pas là quelque « action exercée sur l’opinion pour l’amener à avoir certaines idées politiques et sociales » de la propagande, selon la définition du dictionnaire ? N’allons-nous pas manquer d’air ?

Non, car on a tout prévu. Si le citoyen étouffe, il est permis d’ouvrir quelques fenêtres. Elles resteront à disposition, laissant passer l’aquilon des sarcasmes et des imprécations. Ici, un essayiste estampillé réaction intelligente : il blêmira au passage de la Gay Pride. Là, un académicien polémiste et distingué : il distinguera dans la prise de la Bastille les prémices de la Fête de la Musique. Ici et là, un écrivain très scandaleux : il se répandra (les femmes sont des trous les noirs ont un gros sexe une humanité nouvelle va naître), on s’encanaillera à son passage ivrogneux, on lui fera louper de peu un prix littéraire, ceci attestant deux fois de sa qualité séditieuse. Autant d’adultères sans conséquence. Comme faisant partie du contrat de mariage, ils permettent aux classes moyennes&vertueuses de subir sans trop de mal les rigueurs conjugales. Lundi matin, la fête est finie : on retourne au tri des déchets. S’il faut faire passer la semaine en douceur, il nous reste toujours la possibilité d’évoquer Mahomet. On trouvera là de quoi exercer sans risque nos Lumières.

Au pays de Charlie Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6.50 €
LMDA PDF n°71
4.00 €