La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Cœurs glacés

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Franck Mannoni

Que faire lorsqu’on vient d’être abandonné par sa bien-aimée ? Le narrateur a choisi : s’envoler pour l’Alaska, fuir, s’enterrer dans un endroit isolé au milieu des glaces. Lecteur de français pour des Inuits, l’enseignant arrive à College, bourgade irréelle, attendant « de la nuit polaire des lueurs de compréhension ». Il trouve quelques épaules sur lesquelles s’épancher, en toute pudeur puisqu’il garde pour lui les raisons de son vague à l’âme. Mieux, il pose sur sa mésaventure un regard distancié, fait d’humour et d’autodérision. Ceux qui l’entourent, par le simple récit de leur destin extravagant, l’aident à relativiser. La « fille perdue dans la sonate » rejoue inlassablement le passage qu’elle a raté dans un concert. Un chercheur, qui travaille sur la langue des Eyaks, s’échine à faire dialoguer les deux dernières représentantes de cette ethnie. Celui que l’on surnomme Moïse, abandonné enfant dans un cercueil dérivant sur un fleuve, a été miraculeusement sauvé. Il raconte à qui veut, lors de soirées alcoolisées, sa tragique épopée. De quoi faire passer les chagrins d’amour pour des broutilles. Secondé par Foucault, Michaux, Chesterton et Maurice Roche, c’est aussi dans la culture que l’amant éconduit trouve son réconfort. Eugène Nicole, en fusionnant les émotions suscitées par l’art à celles provoquées par la contemplation des grands espaces, insuffle un nouvel élan à son personnage. Il l’entraîne dans une joyeuse farandole introspective : la victoire de la résilience sur « la nuit du moi fragile ». « Aux virginales pétrifications de l’hiver » arctique succèdent « les perturbations printanières ». Une ode impressionniste qui débarrasse l’individu de ses attributs d’homme moderne pour le recentrer sur sa vie psychique et ses capacités créatrices, avec comme seul leitmotiv : parvenir à « voir la musique qui traverse l’air ».

Alaska de Eugène Nicole
L’Olivier, 246 pages, 20

Cœurs glacés Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6,00 €
LMDA PDF n°87
4,00 €